Actu revendicative


Questions à Michel Devacht, secrétaire général de l’UCR CFDT


Michel Devacht assure son deuxième mandat comme secrétaire général de l'Union confédérale CFDT des retraités. Ancien cheminot, il connaît bien le monde du travail, le monde syndical et celui désormais des retraités. Une fidélité dans l'engagement qui autorise prise de recul et projets.

La Lorraine accueille le congrès de l’UCR. Quelle est la réalité de la CFDT Retraités sur place ?

L’Union régionale CFDT des retraités de Lorraine compte en son sein la plus grosse Union territoriale CFDT de retraités (UTR). Les anciens métallos, sidérurgistes, les anciens mineurs, les retraités de l’industrie textile, de l’énergie ont exercé plus que des métiers ! Leur profession participe de leur identité.

Chacun se souvient de l’impact de la « vague orange » de la Lorraine lors de la manifestation nationale du 25 novembre dernier à Paris sur la dépendance. La Lorraine est un vivier extrêmement important de militants restés revendicatifs à la retraite.

Quel bilan tirer de la mandature qui s’achève ?

Trois points sont particulièrement à relever. Nous avons ensemble été capables de nous mobiliser et d’obtenir des résultats au travers des nombreuses manifestations auxquelles nous avons participé, tant sur la question des retraites que sur celle de la dépendance ou du pouvoir d’achat (le 6 mars 2008 ou le 25 novembre 2010 par exemple).

Relevons aussi la qualité de notre information soulignée par tous qu’ils soient adhérents, militants de nos organisations. Plus encore, elle rayonne au-delà de nos frontières. Lors du dernier congrès de la Ferpa, certains membres qui quittent cette instance, m’ont demandé de continuer à leur adresser nos publications nationales.

J’insisterai aussi sur l’intersyndicale des retraités (Inter UCR). Nous avons participé à toutes les réunions. Nous avons soutenu les démarches unitaires sur tous les dossiers importants.

Pour nous, la solidarité intergénérationnelle avec les salariés prime sur la dimension corporatiste portée par certaines associations de retraités. Cela a quelques exigences. Mais chacun se réjouit du développement de cette démarche intersyndicale.

Quels sont les enjeux du congrès de Metz ?

Périodiquement il est nécessaire de réactualiser nos revendications, particulièrement sur le pouvoir d’achat, la perte d’autonomie et la protection sociale. Ce sera de la responsabilité des délégués présents à ce rendez-vous. Le congrès va aussi donner un souffle plus important encore au développement de l’UCR au service de l’action et de tous les retraités.

Enfin nous allons devoir renouveler l’équipe dirigeante. Les membres du bureau vont être renouvelés pour moitié. Une occasion de poursuivre notre objectif de parité et de féminisation de nos instances. Cette fois, sept militantes, issues d’horizons et de milieux professionnels différents, se présentent aux suffrages des congressistes pour le bureau de la CFDT Retraités.

Michel Devacht, secrétaire général