Actu revendicative


Ras-le-bol


Ras-le-bol du battage autour des impôts et surtout du « trop d’impôts ». Les fauteurs : les « systématiquement contre », les médias qui en rajoutent et les experts qui nous bombardent de chiffres, parfois contradictoires, pour nous dire qu’en la matière, la France est championne toutes catégories. Mais rares sont ceux qui nous parlent de leur utilisation. Or, ce sont justement ces impôts qui permettent à la France d’avoir des services publics que bien des pays nous envient.

Ces prélèvements peuvent paraître à certains douloureux. Mais ne souhaitons-nous pas une école publique digne de ce nom, un service de santé de qualité, le droit à la sécurité, une justice disposant de moyens suffisants pour la rendre en toute indépendance, une armée pouvant intervenir quand il y a danger, et des routes entretenues… ?

L’impôt, c’est la redistribution possible permettant à chacun d’avoir le minimum pour se considérer comme un citoyen à part entière. Les Américains ont un taux de prélèvement inférieur de 15 points du revenu national. Mais ils paient de leur poche la quasi-totalité de leurs dépenses de santé, soit 18 % de leurs revenus.

Certes, nous sommes en droit de réclamer plus de lisibilité, de transparence, des économies là où c’est possible. Certes, nous pouvons aussi réclamer plus d’équité et plus de détermination contre l’optimisation et autres niches fiscales.

Mais au-delà des chiffres se cache un débat de société. Une société où chacun paye en proportion de ce qu’il gagne, pour permettre à tous de vivre dignement.

Guy Gouyet