Notre activité


Réconcilier la France


Face au pessimisme ambiant, le Conseil économique, social et environnemental (CESE), dans son dernier rapport sur l’état de la France, nous donne des pistes pour refonder la cohésion sociale et remobiliser la société.

Le 23 mai dernier, le CESE a rendu son rapport annuel sur l’état de la France. Établi pour la deuxième fois, à partir des 10 nouveaux indicateurs de richesse retenus par le gouvernement en 2015 (voir encadré). Le moins que l’on puisse dire est que le France a besoin d’un électrochoc. L’avenir collectif de notre pays en dépend. Car, selon une étude Ipsos publiée à l’automne 2016, et citée dans le rapport, 88 % des Français considèrent que leur pays va dans une mauvaise direction, soit le taux le plus élevé dans un échantillon de 26 pays développés ou émergents.

Si, à titre individuel, nos concitoyens sont plus satisfaits que la moyenne des Européens concernant leur lieu de résidence, leur emploi, leurs loisirs et même leur situation financière, c’est au niveau collectif qu’ils se montrent les plus pessimistes. « À force d’être convaincus que nous sommes condamnés à vivre plus mal demain et que nous ne pouvons plus rien faire ensemble pour éviter un tel destin, nous ne nous mobilisons pas suffisamment pour profiter des réels atouts afin d’affronter efficacement les défis du XXIe siècle, comme la révolution numérique ou la transition écologique », s’inquiètent les deux rapporteurs Guillaume Duval et Pierre Lafont.

Mais quelles sont les raisons qui provoquent cette déprime collective ? Selon le rapport, les inégalités sont au cœur des difficultés de notre pays. Inégalités des revenus et du patrimoine, de l’école, des territoires, de la santé, inégalités de genre et des discriminations. Elles se sont sensiblement accrues depuis 2008 en raison de la crise.

Refonder la cohésion sociale

Sur le terrain de l’emploi et du chômage par exemple, la France a vu le taux d’emploi de sa population stagner en 2015 alors que celui-ci progressait dans la plupart des autres pays européens. Même si l’année 2016 a vu s’amorcer un redressement de ce taux d’emploi, la situation du marché du travail est toujours inquiétante : forte aggravation du chômage chez les salariés âgés, persistance du chômage de très longue durée, recul de l’emploi chez les hommes de 25-49 ans, stagnation chez les femmes de la même tranche d’âge et augmentation de la précarité pour les jeunes et les non-diplômés.

Parmi les autres sujets d’inquiétude figurent la poursuite de la hausse de l’endettement, l’effort insuffisant dans le domaine de la recherche et du développement… « La France rencontre, certes, des difficultés bien réelles en matière d’emploi, d’innovation, d’endettement public et privé ou encore d’actions face à la crise écologique, reconnaissent les rapporteurs, mais il est urgent de se retrouver autour d’un projet commun pour faire face aux défis du XXIe siècle. »

Pour ce faire, le CESE propose des pistes pour refonder la cohésion sociale : renforcer et amplifier les politiques favorables à l’emploi de qualité, fluidifier les réponses sociales, mieux lutter contre le non-recours aux droits, faire en sorte que l’école soit plus efficace contre les inégalités, rapprocher les institutions sociales de la population en développant la proximité.
Souhaitons que ces préconisations deviennent réalité.

Corinne Grincourt

Les 10 nouveaux indicateurs de richesse retenus par le gouvernement en 2015

Pour évaluer et rédiger le rapport 2017, la troisième assemblée constitutionnelle du pays s’est appuyée sur dix indicateurs de richesse définis par le gouvernement en 2015, à savoir :
Taux d’emploi, effort de recherche, endettement, espérance de vie en bonne santé, inégalité de revenus, pauvreté en conditions de vie, sorties précoces du système scolaire, empreinte carbone, artificialisation des sols.

Il est urgent pour les Français de se retrouver aurout d’un projet commun pour faire face aux défis du XXIe siècle.