UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre activité


« Relance, puissance, appartenance », le programme de la présidence française de l’Union européenne


Au 1er janvier 2022, la France a ouvert le trio* de présidences du Conseil de l’Union européenne (UE) aux côtés de la République tchèque et de la Suède. Quatre priorités pour les dix-huit mois à venir : protéger les citoyens et les libertés, développer un modèle de croissance européen, construire une Europe neutre pour le climat, écologique, équitable et sociale, promouvoir les intérêts et les valeurs de l’Europe dans le monde.

Au cours d’une conférence de presse, en décembre 2022, le Président Emmanuel Macron a dévoilé les priorités françaises pour les six mois et la devise française : « Relance, puissance, appartenance ».

Une Europe souveraine

La souveraineté européenne doit se matérialiser par un meilleur contrôle des frontières internes et externes de l’UE, en particulier par une réforme de l’espace Schengen. La création d’un « mécanisme de soutien d’urgence aux frontières en cas de crise » est portée par la France, avec pour priorité de faire « avancer » le pacte migratoire européen.
L’approfondissement de l’Europe de la défense, présenté dans le livre blanc « La boussole stratégique », est un autre volet de la souveraineté européenne. Un « New Deal » entre l’Europe et l’Afrique doit permettre de renouveler les relations entre les deux continents. Une conférence sur les Balkans occidentaux, en proie à une lutte entre influences étrangères (russe, turque et chinoise…) doit déboucher sur un « réengagement » de l’Union dans la région.

Un nouveau modèle européen de croissance

L’ambition est d’asseoir l’Europe en termes d’innovation, de production, de créations d’emploi, et d’affirmer sa compétitivité par rapport aux États-Unis et à la Chine. Ce nouveau modèle économique se caractérise par une Europe championne de l’ambition climatique, en visant la neutralité climatique à l’horizon 2050 via le Pacte vert européen. La France souhaite faire adopter au plus vite le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, mesure proposée par la Commission.
Le modèle de croissance repose sur de « bons emplois ». La directive sur les salaires minimums est destinée à établir un cadre garantissant des niveaux de rémunération « adéquats ».

Une Europe « à taille humaine »

L’humanisme prôné par la France repose en partie sur la défense de l’État de droit. Le mécanisme de conditionnalité de versement des fonds européens constitue une mesure efficace par rapport au respect de l’État de droit.
La création d’un fonds européen de soutien au journalisme indépendant et d’investigation garantirait la liberté de la presse. Face aux pays de l’UE qui adoptent des positions révisionnistes, la France propose de lancer un travail sur l’histoire européenne car elle « n’est pas seulement l’addition de 27 histoires nationales ».
2022 est l’Année européenne de la jeunesse et des 35 ans du programme Erasmus +, aussi la France avance l’idée d’un service civique européen « ouvert à tous les jeunes de moins de 25 ans pour un échange universitaire ou d’apprentissage, un stage ou une action associative ».
Jean-Pierre Bobichon

La Confédération européenne des syndicats (CES) interpelle le Président Macron

« Cette année est cruciale pour l’avenir de l’Europe et pour l’Europe sociale », a déclaré Luca Visentini, secrétaire général de la CES, « nous sommes déterminés à veiller à ce que l’UE défende les intérêts des travailleurs… J’espère que la France jouera un rôle positif dans la construction d’une Europe plus solide, d’un socle européen des droits sociaux ambitieux soutenu par une initiative législative et d’un avenir meilleur pour les travailleurs partout en Europe. »

Pour en savoir plus

www.institutjacquesdelors.fr
www.sauvonsleurope.eu

* Trio, dispositif instauré en 2007 permettant d’inscrire les objectifs dans la durée.

Un programme ambitieux pour la présidence française de l’UE.