Actu de nos droits


Revalorisation à la baisse des allocations logement


Les revalorisations par le gouvernement des allocations logement sont faibles. S'ajoutent de nombreuses mesures d'économies.

Les paramètres pour le calcul de l’APL et de l’allocation de logement sociale accessible aux retraités locataires, sont revalorisés en juillet 2003 de 1,80% pour les ressources, mais seulement de 1,20% pour les loyers (2,50% pour l’Ile de France). En revanche les forfaits charges ne sont pas revalorisés.

A ces revalorisations insuffisantes des loyers, il faut ajouter des mesures annexes qui visent toutes à réduire les allocations, voire à exclure de nombreux foyers des aides au logement :
- suppression de la déductibilité des frais de garde d’enfants,
- allongement du délai de carence pour les privés d’emploi,
- augmentation de 15 à 24 euros mensuels du non-versement des allocations et prise en compte dans les ressources à partir de juillet 2005 des majorations familiales sur les pensions de retraite (revenus 2004).

Source : circulaire Cnaf 2004-11 et 2004-012 des 30 mars 2004 et 2 avril 2004.

Inacceptable

La CFDT dénonce ces mesures inacceptables pour les familles qui vont à l’encontre des politiques affichées dans le domaine du logement et de la rénovation urbaine. Pour la CFDT l’Etat se paie 49 millions d’économies sur le dos des pauvres.

Pour l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion, la dégradation continue des aides au logement pratiquée par les gouvernements successifs est la cause principale de l’accroissement de l’exclusion.