Notre activité


Se mobiliser dans la proximité


La période actuelle crée plusieurs occasions de se manifester et de faire entendre la parole des retraités et des personnes âgées. Au plus près des élus et des personnes concernées. Et prenant l’opinion à témoin.

Les 22 et 29 mars ont lieu les élections départementales. Les enjeux sont considérables pour les retraités. Le conseil départemental (ex-général) est un interlocuteur incontournable dans le domaine de l’action sociale, particulièrement sur l’aide personnalisée à l’autonomie (Apa). Les responsables des Unions territoriales de la CFDT Retraités multiplient donc les initiatives auprès des différents candidats pour faire avancer les problèmes liés à ces enjeux.

Parmi eux, la politique gérontologique avec le schéma départemental de gérontologie, l’attribution de l’Apa en régression, le fonctionnement des conseils de vie sociale (CVS) dans les établissements sanitaires et sociaux et médico-sociaux, la coordination avec les CCAS et CIAS, le fonctionnement des Coderpa. Il s’agira là de participer aux débats durant la campagne pour confirmer notre présence, nos analyses, nos propositions.

Dans ce même cadre, un des objectifs de la loi « adaptation de la société au vieillissement », toujours en attente, est étonnamment déjà mis en œuvre. Il s’agit de la réhabilitation des logements foyers. Ce sujet sera pris en charge par les UTR en direction des décideurs et des bailleurs. Les équipes de terrain de la CFDT Retraités disposent de tracts, lettres types et argumentaires pour enrichir les débats, faire connaître nos attentes, exprimer notre impatience auprès des autres élus nationaux.

Notre crédibilité est reconnue sur tous ces sujets. Mais la CFDT Retraités ne fait pas que traiter des problèmes. Elle connaît et reconnaît les personnes et leurs situations parfois difficiles. Des militants et adhérents se battent pour rester à domicile et adapter leur logement, pour accompagner un de leur parent en perte d’autonomie, pour réclamer justice dans le cadre de la reconnaissance des maladies professionnelles, ou tout simplement pour vivre dignement. Avec eux, la CFDT Retraités entend témoigner de ces combats du quotidien. Devant les candidats, les salariés, l’opinion et les médias régionaux.

Daniel Druesne

Au titre du bien commun, la mise en oeuvre du tiers payant généralisé est une priorité absolue. (photo Fotolia)

Le tiers payant est un droit

La loi « santé » en débat au Parlement est elle aussi l’occasion d’une avancée attendue : la généralisation du tiers payant auprès des médecins. Face aux résistances corporatistes, la CFDT Retraités argumente et propose un tract grand public.

Dès la fin janvier, en rédigeant une « motion d’actualité », les militants CFDT de la Mayenne ont pris les devants face à la grève administrative déclenchée par des syndicats de médecins libéraux opposés à la généralisation du tiers payant.
Alors que le renoncement aux soins pour raisons financières atteint plus de 25 % des Français, la mise en œuvre du tiers payant doit être une priorité nationale. Les menaces de boycott de la carte Vitale sont intolérables, car elles prennent en otages les patients assurés sociaux.

La CFDT rappelle que la télétransmission par la carte Vitale fait partie intégrante de la convention qui lie les médecins à l’assurance-maladie, qu’elle donne lieu à rémunération, au même titre que d’autres rémunérations forfaitaires qui s’ajoutent au tarif de base de la consultation. La CFDT tient à rappeler que l’assurance-maladie prend aussi à sa charge les propres cotisations sociales des médecins (maladie, allocations familiales et retraite) en pourcentage de leurs revenus conventionnés.

La CFDT appelle à la responsabilité des acteurs, au respect des conventions et demande aux pouvoirs publics de ne pas laisser les corporatismes bloquer toute possibilité de réformer notre système de santé, alors que les soins sont financés par les cotisations sociales et la CSG.