Notre activité


Dans le secteur médico-social, l’emploi progresse, le social à la traîne


Le secteur médico-social compte 1,7 million de salariés, dont 397 000 chez les personnes âgées et 549 000 dans l’aide à domicile. De 2000 à 2010, l’emploi a connu une hausse de 50 %. Mais des difficultés demeurent. Le secteur de la gériatrie est peu attractif.

Aide(s)-soignant(es), aides médico-psychologiques, auxiliaires de vie sociale, agents à domicile, infirmier(e)s, psychologues… Le nombre de ces métiers est en croissance de 5 % à 10 % par an. Pour autant, les véritables difficultés de recrutement ont tendance à se concentrer sur les seuls domaines de l’aide à domicile et de l’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Explication ? « Ces contraintes sont davantage à mettre en lien avec une non-attractivité du secteur de la gériatrie, qu’avec un manque de professionnels diplômés », analyse une étude (1).

La fédération CFDT Santé-Services-Sociaux développe ce constat. Un grand nombre de ces métiers demeurent au Smic. Le taux de la masse salariale consacré à la formation professionnelle a baissé dans les branches professionnelles du secteur associatif et du secteur lucratif. Les compétences professionnelles exigées et exercées sont insuffisamment reconnues. Les formations ne préparent pas complètement à la réalité du métier, notamment pour les aides-soignant(e)s. Les conditions de travail, la pénibilité et les rémunérations sont peu attractives. Dans le secteur à domicile, seules les auxiliaires de vie sociale (1) sont diplômées, mais elles ne représentent que 5 % de l’emploi de ce secteur. L’emploi à temps partiel imposé est important.

Salariés et usagers ont des intérêts communs à défendre.

Convergence d’intérêts avec les usagers

La gériatrie, compte tenu de la démographie en progression constante du grand âge, est un gisement d’emplois. Malheureusement, alors que de multiples pathologies se développent, la formation initiale et continue n’est pas à la hauteur des enjeux du vieillissement. La bientraitance est insuffisamment enseignée. Les salariés veulent être mieux reconnus.

Salariés et usagers du médico-social ont vraiment des intérêts communs à défendre.

Jacques Rastoul

(1) hlttp ://orientactuel.centre-inffo.fr/Sanitaire-et-social-quels.htm.
(2) Le diplôme d’auxiliaire de vie sociale va devenir celui d’accompagnant(e) éducatif(ve) et social(e).