Notre activité


Seuls, éloignés, ou en couple, les aidants familiaux ont fait face 4/6


Claude, Guy et Claudine témoignent de leurs difficultés d'aidant pendant la crise sanitaire.

Sommaire du dossier
- Coronavirus, les leçons de la crise 1/6
- Les personnes fragiles et vulnérables au centre de la crise 2/6
- Épuisés, mais fiers de leur travail 3/6
- Seuls, éloignés, ou en couple, les aidants familiaux ont fait face 4/6
- Une autre façon de militer 5/6
- Les personnels mobilisés de façon remarquable 6/6

Claude Vauclare, habitant en Bourgogne, et sa mère en Île-de-France, témoigne. « Malgré l’effectif réduit, ma mère de 92 ans a été considérée comme prioritaire. J’ai été en contact avec les intervenantes pour décider des priorités d’interventions et nous répartir les tâches. J’ai assuré une bonne partie des approvisionnements, soulageant ainsi les aides à domicile. Ce contexte si difficile nous a rendues plus attentives à ses besoins et nous avons trouvé une réelle complicité dans sa prise en charge. À la fin du confinement, j’ai écrit à l’association pour remercier les personnels qui ont, malgré leur fatigue et leur propre stress, été remarquables. »

Guy Rambaud, de Gironde, aidant de son épouse atteinte d’une maladie neuro-dégénérative, a subi les conséquences de l’interruption des aides-soignantes à domicile lors du confinement.

Claudine Guezelot en Essonne, a vécu durement la fermeture de l’accueil de jour. Exténuée, elle a dû assurer seule l’accompagnement de son mari atteint par la maladie d’Alzheimer.
Confinement et protection sanitaire, les aidants n’ont pas pu accompagner comme avant leurs parents isolés.