Nos déclarations


L’heure est-elle à la stigmatisation des retraités ?


Le récent rapport de la Cour des comptes cible cette catégorie sociale.

La CFDT Retraités s’inscrit dans la solidarité entre les générations. Elle revendique une véritable réforme fiscale équitable et progressive qui ne saurait se limiter aux seules niches fiscales des retraités.

S’agissant de la CSG, l’harmonisation du taux avec celui des salariés se justifie si les recettes dégagées sont affectées à la prise en charge de la perte d’autonomie.

Le bureau national de la CFDT Retraités exprime son inquiétude sur la montée du chômage. Il rappelle sa solidarité avec les personnes les plus éloignées de l’emploi : les jeunes, les chômeurs de longue durée, les chômeurs âgés privés de ressources…

Il considère comme essentiel le redressement des comptes publics et notamment ceux de la Sécurité sociale.

Dans la période de crise actuelle, les revendications que défend la CFDT Retraités constituent des droits élémentaires des populations que nous représentons :
- Le droit à la dignité par une prise en charge solidaire de la perte d’autonomie, pour un coût de 7 milliards soit 0,3% du PIB, condition indispensable pour le respect des personnes en situation handicapante.
- Le droit à la satisfaction des besoins élémentaires des retraités et personnes âgées par un niveau minimum de pension qui leur permette de vivre. Ainsi, 1 300 000 retraités (source Insee) perçoivent une pension inférieure au seuil de pauvreté de 948 euros.
- Le droit à la santé et à l’accès à des soins de qualité sur l’ensemble du territoire. La CFDT Retraités revendique une meilleure répartition des professionnels de santé pour assurer la permanence des soins. Elle souhaite la réduction du reste à charge des patients et s’oppose aux dépassements d’honoraires.

Ces revendications seront défendues à l’occasion de la journée d’action intersyndicale du 11 octobre 2012. L’Union confédérale CFDT des retraités appelle les retraités à participer aux différentes initiatives locales ou régionales.

Paris, le 19 septembre 2012