Notre congrès


Surpris et conquis par ce premier congrès


Témoignages de militants...

Sommaire du dossier
- Les retraités acteurs dans la société
- Un congrès placé sous le signe de l’engagement
- Frédéric Sève : « Le militantisme CFDT, c’est un militantisme tout au long de la vie »
- Surpris et conquis par ce premier congrès
- Écologie, une préoccupation partagée
- L’avenir de l’Europe interpelle les congressistes
- Table ronde : combattre l’âgisme
Béatrice et Maurice Melchior

« C’est la première fois que je viens à un congrès de la CFDT Retraités, je suis surprise du respect mutuel, des débats apaisés entre les congressistes et de l’organisation optimale des trois jours », souligne Béatrice Melchior, de Moselle. Son mari, Maurice, prolonge ce ressenti : « On sent des militants bien engagés dans la CFDT et la société. »

Marie-Madeleine Nganko

La liberté d’expression, les débats ont impressionné Marie-Madeleine Nganko, de Seine-et-Marne. « La présentation de la Nouvelle-Aquitaine en ouverture m’a fait plaisir. Les positions de la CFDT aussi, comme l’explication de Dominique Fabre sur notre attitude avec les syndicats qui ne partagent pas nos objectifs. »

Nicole Calmé, du Val-d’Oise, retraitée depuis trois ans, est tout aussi étonnée par la convivialité. La table ronde sur l’accompagnement du grand âge l’a motivée. « C’est important d’avoir ces regards extérieurs positifs sur les personnes âgées, avec des mots sans discrimination sur la vieillesse. Je suis sortie du congrès avec une autre image des retraités. »

Satisfaite également par la table ronde, Andrée Okupny, de l’Aube, est moins enthousiaste sur la redondance des interventions des Unions territoriales. Mais elle est heureuse, comme Jacques Maurs, du Tarn, que le congrès leur ait permis de nouer des contacts avec les militants d’autres départements.

Raymonde Sauvadet

Surprise et épatée par la qualité des interventions et des intervenants, c’est aussi le cas de Raymonde Sauvadet du Puy-de-Dôme. « Ce congrès est de haut vol, il nous fait réfléchir sur le syndicalisme à la retraite, la place des retraités dans la société et nos engagements pour l’avenir. La table ronde m’a réveillée dans mes convictions. »

Jacques Rastoul