Actu revendicative


Suzanne Baillou réhabilite le salarié dans ses droits


Conseillère en économie sociale et familiale dans une PME du médico-social, Suzanne Baillou a centré son activité syndicale pour le droit des salariés de Libourne et de la Gironde. Retraitée, elle poursuit et élargit cet engagement interprofessionnel avec passion.

« La retraite depuis sept ans me rend disponible, libre de consacrer davantage de temps aux droits des salariés par l’écoute, le conseil et la transmission dans les stages de la région Aquitaine » indique d’entrée Suzanne.

À l’origine, éducatrice technique puis conseillère en économie sociale et familiale pour des jeunes en difficulté, Suzanne Baillou a consacré 37 ans de son activité professionnelle aux ados. Adhérente en 1971, quatre ans plus tard, elle crée une section CFDT dans son institut médico-social (IME). Son mari, enseignant à l’époque, est aussi au SGEN CFDT.

Sa culture professionnelle et militante la prédispose vers le droit du travail. Dès 1982, elle est élue conseillère prud’homale. Mandat qu’elle exerce pendant vingt ans. Suzanne sera dans la continuité, par la suite et au cours de sa retraite, conseillère du salarié pendant neuf ans.

Un syndicalisme de proximité

À l’écoute d’un salarié, de sa profession, sans décider à sa place, en lui laissant plusieurs choix, à chaque fois sa satisfaction est de réhabiliter le salarié dans ses droits. « Le salarié à l’issue d’un conseil, d’un appui, d’un jugement redevient une personne » souligne Suzanne ; « dans quelques rares cas on réussit même à éviter un licenciement » poursuit-elle. Mais ce sont les prud’hommes qui ont conforté son engagement : « nous sommes comme juges à égalité avec les employeurs, on a le pouvoir de dire le droit, réparer, donner des résultats ».

Cette passion pour les droits des salariés l’ouvre au syndicalisme de proximité par les permanences locales. Pour elle : « la qualité de l’accueil dans une permanence syndicale est essentielle. Sans chercher à répondre à tout, c’est un lieu où l’on peut écouter, conseiller, orienter en s’appuyant sur tous les réseaux professionnels et interprofessionnels de la CFDT. Chaque semaine, sans être juriste, on peut apporter ses compétences dans une permanence interprofessionnelle ». Sur Libourne, Suzanne travaille étroitement avec la CFDT de la viticulture. Elle apprend un autre univers de travail, une autre façon de faire vivre le droit des salariés.

Le prolongement naturel de sa passion qui lui prend le plus de temps est la formation syndicale. Être constamment formée et informée pour former à son tour, Suzanne est soucieuse d’être en phase avec les évolutions du droit, des garanties collectives et des situations sociales. Membre du groupe régional de formation, elle fait partie des 25 formateurs CFDT de l’Aquitaine, dont sept sont retraités. Les stages de trois jours sont animés par un binôme qui permet une émulation et une complémentarité selon les expériences et les âges de chaque formateur. La diversité des stagiaires est aussi appréciée.

« Nos formations sont aussi construites comme un lieu d’échange. J’apprécie en tant qu’animatrice de pouvoir transmettre et apprendre. Chaque session est une expérience, il y a une dimension intergénérationnelle et interprofessionnelle toujours intéressante. »

Sa famille, ses deux filles et ses cinq petits-enfants peuvent être fiers de cette mamie pleine d’énergie.

Jacques Rastoul

Suzanne Baillou : une mamie pleine d’énergie.