Notre activité


Le témoignage de Paul (Villefranche-de-Rouergue)


C’était en 1955, neuf ans avant le congrès de la déconfessionnalisation, au 28e Congrès de la Fédération CFTC des industries chimiques, à Nantes.

Edmond Maire était l’étoile montante dans la Fédération des industries chimiques. Il devait en devenir le permanent syndical l’année suivante. Je n’étais alors qu’un blanc-bec, novice en syndicalisme, mais je venais de créer un syndicat très actif à la Targa, à Moissac, dans le Tarn-et-Garonne. J’avais le culot des innocents aux mains pleines.

Je devais présenter une motion à ce congrès. Il s’agissait de renforcer le dynamisme de la CFTC en affirmant son autonomie par rapport à ses origines cléricales. Mes frictions avec la CGT m’avaient convaincu de cette nécessité. Je suis donc monté à la tribune pour lire un texte qui réclamait l’examen de cette question par le prochain congrès confédéral.

Mon accent gascon et mon inexpérience des micros déclenchèrent des rires, des sifflets, quelques applaudissements pour ponctuer les « laissez-le parler » du président de séance.

La motion fut tout de même mise au vote et obtient un score ridicule… J’avais été le ballon d’essai… Le combat aboutira dix ans plus tard…