UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre activité


Un plan anti-chute des personnes de plus de 65 ans


Les chutes constituent la première cause de mortalité accidentelle des plus de 65 ans. Elles entraînent chaque année plus de 100 000 hospitalisations et plus de 10 000 décès. Face à cet enjeu, le ministère de la santé a lancé un plan anti-chutes.

Le coût des chutes des personnes âgées est évalué à 2 milliards d’euros, dont 1,5 milliard pour la seule Assurance maladie. Les chutes ont des conséquences physiques, psychologiques, sociales et réductrices de la qualité de vie des individus.

Elles constituent un élément de rupture dans le parcours de vie des sujets âgés sur le plan de l’autonomie, alors que la chute pourrait, dans la plupart des cas, être évitée ou limitée dans sa gravité.

Face à cet enjeu de santé publique, un plan de santé vient d’être lancé par le ministère des Solidarités et de la Santé, dans la continuité du rapport Broussy et des recommandations émises dans un rapport de la Cour des comptes de novembre 2021. Son objectif : réduire de 20% d’ici 2024 le nombre de chutes mortelles ou entraînant une hospitalisation de cette tranche d’âge.

Un plan antichute en cinq axes

Le plan s’articule autour de cinq axes :

- repérer les risques de chutes et alerter : diffusion à tous les acteurs des politiques de l’autonomie de fiches pratiques sur les profils types de chuteurs et les cinq signes « avant-chuteurs » et d’outils de repérage des fragilités ;
- aménager son logement pour éviter les risques de chute : mise en place d’une aide financière et technique personnalisée dans ces démarches en s’adressant au futur guichet unique : « Ma Prime Adapt’ » ;
- accompagner par des aides techniques à la mobilité : modules spécifiques de rééducation posthospitalisation ;
- renforcer le recours à l’activité physique adaptée, en développant l’offre disponible ;
- engager une étude pour établir l’état des lieux et les perspectives de la téléassistance l’accès aux services de téléassistance au regard de la prévention des chutes des personnes âgées.

Les agences régionales de santé (ARS), avec l’appui de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), sont chargées de décliner le plan dans chaque région, en lien avec les conseils départementaux et les acteurs de la prévention de la perte d’autonomie, avec des objectifs chiffrés.