Actu revendicative


Une année de perdue !


Monsieur le Président de la République, Dans une France en crise, la question du grand âge confine à l'injustice. Chacun reconnait l'inanité de l'ère Sarkozy sur le sujet. La réforme de la dépendance annoncée, puis reportée sera finalement abandonnée.

Aujourd’hui, des signes du report du projet de loi sur la perte d’autonomie se multiplient. Les souffrances aussi. Après sept ans d’attente d’une réforme de l’Apa et d’une prise en charge de la perte d’autonomie plus solidaire, 1 228 000 personnes atteintes dans leur chair et leur dignité et 10 millions d’aidants - dont la moitié exercent une activité professionnelle dans des conditions que l’on a peine à imaginer - sont à bout. Et la question du financement reste toujours sans réponse.

Plus encore, on assiste à des manipulations budgétaires contraires aux engagements pris. Une ponction de 650 millions d’euros dans le budget de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) pourrait s’opérer au prétexte que la loi sur l’accompagnement sur le vieillissement est reportée au deuxième semestre de 2014. Quel manque d’honnêteté dans l’argumentation des services de Bercy !

La CFDT Retraités a donc pris l’initiative de proposer aux Français de signer, durant les mois d’octobre et de novembre, une carte pétition à votre attention. De nombreuses structures associatives et professionnelles s’y associent.

Voilà dix mois, en janvier 2013, vous fixiez la feuille de route et le calendrier de la réforme : « Elle sera prête pour la fin de l’année ! » Nous n’en sommes plus là. Alors c’est pour quand, Monsieur le Président ? Votre parole doit être pleinement tenue dans son contenu et pleinement respectée dans son agenda.

Au moment où nous allons introduire par une initiative citoyenne européenne (ICE) pareille démarche au plan européen, la France, pour peu que vous le décidiez, saura montrer la voie !

Michel Devacht, secrétaire général

Dernière minute

Le Premier ministre vient d’annoncer le lancement d’une… concertation pour préparer la loi sur l’autonomie « notamment avec les départements, les professionnels du secteur et les partenaires sociaux » a précisé M. Ayrault. Ce calendrier doit permettre une entrée en vigueur des mesures… au 1er janvier 2015. Conclusion : pour éviter qu’une année s’ajoute une fois encore à celles déjà perdues, nous restons vigilants. Et nous maintenons la question : « C’est pour quand, monsieur le Président ? »