Notre activité


Une coopérative créatrice d’emplois


Ardelaine, c’est son nom, se situe à Saint-Pierreville au nord-ouest de l’Ardèche. Voici quarante ans, une bande de copains décidait de faire revivre une filature tombée en désuétude, un vrai pari sur lequel personne n’aurait joué un « Kopeck ». Aujourd’hui, ses créateurs apportent la preuve d’une vraie réussite.

1982

Création de la Scop avec un seul emploi. Huit ans plus tard, important investissement dans un bâtiment de 650 m2 pour abriter le cardage et le premier musée. Aménagement dans une laverie de laine et sa station d’épuration : 11 emplois.

2000

Un nouveau bâtiment abrite les nouveaux locaux de production, l’atelier mécanique, l’atelier matelas, l’atelier menuiserie et le stock de laine en suint : 23 emplois.

2010

Création d’un autre bâtiment de 750 m2 permettant de renforcer l’attractivité touristique du site : création d’un café-librairie, d’une salle polyvalente, d’un restaurant et d’une conserverie : 37 emplois.

2015

Le restaurant devient Scop filiale de Ardelaine (4 emplois) + la conserverie qui crée 4 autres emplois auquel s’ajoutent les 40 emplois de Ardelaine, soit : 48 emplois.

Aujourd’hui, la Scop porte une attention particulière au maintien de ses marges et à la consolidation de son modèle économique. Elle doit s’affronter d’une part à la déstructuration massive du savoir-faire textile en France, avec la disparition des laveries de laine et d’autre part les prix de vente excessivement bas des produits textiles fabriqués en Asie. Pourtant, elle joue sur une clientèle qui comprend de mieux en mieux le rôle qu’elle peut jouer à travers sa consommation pour préserver l’environnement, les emplois, et favoriser le développement économique relocalisé.

Avec sa filière…

Le travail d’Ardelaine mobilise de nombreux acteurs tout au long de la transformation de la matière. La filière commence avec les 250 éleveurs des 60 000 brebis qui fournissent la laine. Ils signent un contrat Qualité qui garantit l’absence de traitement chimique. Les prix d’achat sont évalués selon la qualité de la fibre et peuvent être revalorisés.

Mêmes exigences avec toutes les activités de transformation : lavage, cardage, fabrication de matelas, couettes, oreillers et autres articles de literie, filature et teintures, tricotage et confection de vêtements.

La commercialisation en vente directe se fait sur les foires et salons dans toute la France.

Les clients sont le dernier maillon du parcours. Certains deviennent partenaires et peuvent s’engager dans le réseau des clients solidaires actifs.

Ardelaine a mis en œuvre un modèle d’entreprise innovant qui fait l’objet de plus en plus d’intérêt. À commencer par la population du village de Saint-Pierreville qui est en croissance. L’école s’est maintenue avec l’espoir de l’ouverture d’une classe supplémentaire. Par ailleurs, tous les commerces de proximité sont présents : boucherie, épicerie, boulangerie, bar-restaurant, hôtel, tabac presse et la poste. De l’avis de tous, il fait bon vivre et travailler au pays, à Saint-Pierreville.

Georges Goubier

Pour en savoir plus :

ardelaine@ardelaine.fr
www.ardelaine.fr