Notre activité


Une douleur insurmontable


Samuel Sandler, ingénieur à la retraite, a été président du consistoire de Versailles, Émilie Lanez est journaliste.

Ce livre est l’histoire d’une douleur insurmontable. Le 19 mars 2012, un assassin a tué Jonathan, le fils de Samuel Sandler, et ses deux petits-fils Arieh et Gabriel, devant l’école juive Ozar Hatorah, à Toulouse. Un autre enfant sera tué, Myriam Monsongo, tandis qu’un autre, gravement blessé, sera laissé pour mort, Aaron Bijoui. L’auteur de ces assassinats poussera l’ignominie jusqu’à filmer ses actes. Cet ouvrage appelle aussi à se souvenir des autres victimes de cet attentat, deux soldats du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban.

Sandler ne donne jamais, dans ce livre, le nom de l’assassin. « Je veux priver de nom celui qui nous a privés de vie. » Souviens-toi de nos enfants est l’expression d’une immense douleur : « l’absence est clouée dans nos cœurs ». « Conserver le souvenir de mon fils, de mes deux petits-enfants est un devoir. » Sandler pensait qu’en France « on ne tuerait plus d’enfants juifs, que sa famille pourrait enfin vivre en paix ». Il était le premier des Sandler à être né en France, il est désormais le dernier à y vivre.

Jean-Pierre Moussy

Souviens-toi de nos enfants, Samuel Sandler et Émilie Lanez, éditions Grasset, 2019, 128 pages, 14 €.