Actu revendicative


Une mandature au service des retraités et de toute la société


Prise en charge de la perte d'autonomie, accès à la santé et aux soins, pouvoir d'achat, particulièrement pour les basses pensions, inégalités hommes femmes jusque dans la retraite… les sujets ne manquent pas pour améliorer les conditions de vie des retraités : vie personnelle, vie familiale et vie en société. Car les retraités sont des acteurs essentiels de la qualité du monde dans lequel nous vivons. Les équipes de la CFDT Retraités prennent donc une part active dans la campagne des législatives. Pour rencontrer, circonscription par circonscription, les principaux candidats, analyser leurs propositions, mais avant et surtout, à partir de nos constats, pour qu'ils entendent les nôtres ! Panorama de nos propositions.

Avertissement

Ce dossier présente les revendications de la CFDT Retraités sur quatre thèmes essentiels qui impactent la vie des retraités. Mais plutôt que de les égrener comme dans un catalogue et pour leur donner plus de relief, nous vous les présentons dans une dynamique de débat : quel est aujourd’hui l’état de l’opinion sur ces questions ? Et quel regard porte un expert de la protection sociale, Bruno Palier, sur ces revendications ?

Chacun prend ici ses responsabilités. Mais au-delà des points de vue et des analyses qui peuvent diverger et au-delà des propositions qui nous concernent directement, chacun d’entre nous, avec des regards différents, pose aussi la question du devenir des jeunes, des précaires dans notre société. Ce sont avant tout des hommes, des femmes, et des enfants. Nos propres enfants, en société.

Au lendemain de l’élection présidentielle, dès le 7 mai et jusqu’au 10 juin, tous les responsables des Unions territoriales de la CFDT Retraités rencontrent, circonscription par circonscription, les principaux candidats républicains. Au cœur de ces rendez-vous, nos revendications sur quatre grands sujets : la prise en charge de la perte d’autonomie, l’accès aux soins, le pouvoir d’achat, les inégalités hommes/femmes…

La présence dans la cité, l’action dans le monde associatif, l’engagement social, politique et syndical et le tissu des solidarités familiales et intergénérationnelles ainsi que toutes les relations personnelles sont l’expression d’une citoyenneté pour laquelle il n’y a pas de temps de retraite.

Toute personne demeure tout au long de sa vie un citoyen, c’est-à-dire un acteur responsable, capable de faire des choix et d’agir au sein d’une société où chacun doit vivre de façon solidaire, avec des droits et des devoirs. Dès lors, la retraite ne saurait être une période prolongée de loisirs, mais plutôt un temps actif de la vie dans lequel chacun contribue à faire société et à faire la société.

Beaucoup de seniors se tournent vers les associations pour proposer leur disponibilité et leurs compétences. Dans la solidarité familiale, les retraités occupent une position intermédiaire à la fois auprès de leurs enfants et petits-enfants d’un côté, et de leurs propres parents de l’autre. Cette génération « pivot » est très sollicitée par la famille, pour un soutien avant tout social fait de relations, d’aides en nature ou financière.

Cette présence assure un rôle de « service social invisible » auprès des parents âgés. La prise en charge du grand âge est assurée essentiellement par les aidants familiaux et donc par ces seniors disponibles dont essentiellement des femmes. Plus que toute autre, cette génération souhaite que soient respectés ses temps de vie nécessaires aux relations en famille et en société.

L’appartenance à une organisation syndicale confédérée comme l’est la CFDT Retraités, permet d’exercer pleinement la citoyenneté et de participer à la défense et la promotion des intérêts matériels et moraux en lien avec les salariés, notamment par le patrimoine collectif commun de la protection sociale.

Cette citoyenneté est à faire vivre et sans doute à élargir en donnant une image positive et constructive du vieillissement accompagnant l’allongement de la durée de vie. Ces objectifs fondent nos revendications à la veille d’une nouvelle législature.

Michel Devacht et Gilbert Jérôme

Démocratie en panne ?

Selon l’IFOP et à la veille du premier tour de l’élection présidentielle, plus d’un Français sur deux (56%) estime que la démocratie ne fonctionne plus réellement en France où "priment les intérêts économiques et financiers".

Dossier réalisé par Gilbert Jérôme, Dominique Fabre, Ombretta Frache, Marie-Solange Petit. Coordination : Daniel Druesne. Photos : Françoise Stijepovic.