Actu revendicative


Une réforme des retraites injuste


La réforme des retraites version Sarkozy signe un vrai recul pour les salariés. Injuste, elle n'épargne aucun salarié.

Le recul des bornes d’âge est sans doute la mesure la plus injuste et la plus contestée (voir tableau). Il n’épargne aucun salarié, privé ou public ; les régimes spéciaux seront impactés à compter de janvier 2017.

Ces mesures ne passent pas à la CFDT. Elles pénalisent les salariés aux carrières longues et les précaires. Et notamment, les femmes : elles représentent 60% des salariés qui partent à 65 ans. Et pour ceux qui ont commencé à 18 ans, ils auront 44 ans de cotisations à acquitter !

La CFDT avait décroché en 2003 un droit au départ anticipé pour les salariés ayant commencé à travailler avant 17 ans. La nouvelle loi intègre ceux ayant commencé à travailler avant 18 ans. Le départ anticipé sera reculé de deux ans aussi, entre 58 et 60 ans. La durée de cotisation restant supérieure d’au moins deux ans à la durée requise pour le taux plein. Un décret précisera les modalités.

Une loi qui ignore la pénibilité

La réforme prévoit le départ à 60 ans pour les salariés déjà atteint d’une incapacité physique, liée à une maladie professionnelle ou un accident du travail, reconnue par un taux d’incapacité permanente d’au moins 20%. Entre 10 et 20%, il faut saisir une Commission pluridisciplinaire. Pour la CFDT, en prenant appui sur l’incapacité, la loi ignore la pénibilité, dont les effets peuvent se manifester après le départ en retraite.

Les indemnités de congé de maternité entreront, en 2012, dans le calcul de la retraite. C’est une « mesure de solidarité » selon le gouvernement. Les effets de la maternité, et les interruptions de carrières pour l’éducation des enfants, coûtent aux femmes jusqu’à 25% de leur retraite. La solidarité exigeait de vraies réponses.
Une bonne nouvelle cependant pour les titulaires « sans droit » de la fonction publique. La durée minimale de services ouvrant droits à une pension doit être ramenée de 15 ans à 2 ans en 2011.

Notre système de retraite reste inégalitaire

Le système actuel de retraites se montre inadapté aux parcours professionnels que connaissent les salariés aujourd’hui. Il est porteur de fortes inégalités. Il est pénalisant pour les parcours morcelés, qui ont subi du chômage et des interruptions, pour les salariés qui ont commencé à travailler tôt, pour les salariés dont la carrière a été partagée entre le secteur public et le secteur privé. La CFDT plaide pour un système juste et solidaire, calqué sur les réalités des salariés d’aujourd’hui.

Ombretta Frache

Et les retraités ?

À partir de 2013, les pensions complémentaires obligatoires et les pensions de base servies au trimestre pourront être perçues chaque mois. Il faudra en faire la demande.
Le gouvernement doit présenter un rapport sur le versement des pensions de base dès le 1er de chaque mois. Pourquoi un rapport alors que cette revendication est soutenue par tous les retraités ?

Tableau du recul des bornes d’âge

Tableau établi selon les déclarations du gouvernement (décrets attendus).

Pour les assurés nés Âge légal de départ
(ouverture du droit)
Âge de départ au taux plein
Décalage Âge Décalage Âge
Entre le 1er juillet et le 31 décembre 1951 4 mois 60 ans et 4 mois 4 mois 65 ans et 4 mois
en 1952 8 mois 60 ans et 8 mois 8 mois 65 ans et 8 mois
en 1953 12 mois 61 ans 12 mois 66 ans
en 1954 16 mois 61 ans et 4 mois 16 mois 66 ans et 4 mois
En 1955 20 mois 61 ans et 8 mois 20 mois 66 ans et 8 mois
À partir de 1956 24 mois 62 ans 24 mois 67 ans
La CFDT plaide pour un système juste et solidaire.