Actu revendicative


Unis-Cité, des Passeurs de mémoire (en Ehpad)


Avec l'association Unis-Cité, le service civique prend une dimension intergénérationnelle innovante. Rencontre près de Valenciennes à l'Ehpad Louis Aragon de Douchy-les-Mines, de huit jeunes volontaires, de résidents, d'encadrants et de la CFDT.

« Réticent, distant au départ, mon regard sur les personnes âgées a changé. Ça nous permet de sortir des clichés, de découvrir leur histoire » souligne Valentin l’un des jeunes volontaires. 35 heures bien remplies, les jeunes volontaires de 18 à 25 ans engagés pour neuf mois, consacrent deux jours par semaine dans l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Les autres jours s’effectuent dans la réhabilitation d’un jardin public et dans un établissement de travail pour personnes handicapées (Esat).

Les résidents eux, sont satisfaits. Pour certains c’est un peu leurs petits-enfants. Des jeunes à leurs côtés toutes les semaines et sur plusieurs mois ça permet d’être écoutés, de se familiariser, d’établir un climat de confiance au point d’entrer dans des parcelles de leur vie.

Ces anecdotes de vie, avec leur accord, seront écrites, visionnées, restituées et ainsi valorisées jusque sur un site national (1). Les jeunes volontaires apprennent ce qu’étaient la jeunesse et la vie de ces anciens, les valeurs, les contraintes, les libertés bien différentes de ce qu’ils vivent aujourd’hui.

Sylvie Docenko, la coordinatrice d’Unis-Cité de Valenciennes les prépare à cette approche et à la connaissance des personnes âgées. Elle les suit régulièrement avec chaleur et rigueur dans cette activité et sur leurs autres chantiers, ainsi qu’une seconde équipe de jeunes sur un autre Ehpad.

Mayonnaise intergénérationnelle

La référente des jeunes, Sandra, l’animatrice de la maison de retraite, a accepté de s’engager dans le projet. Elle a de ce fait élargi ses missions avec l’accord du directeur. Elle leur fait aussi découvrir tous les métiers de l’Ehpad. Toutes les semaines, elle fait le point avec eux, relance, réoriente leur travail jusqu’à faire ressortir autant les bons souvenirs de leur vie que les mauvais. Raphaël et Michaël, jeunes volontaires ont aussi proposé un atelier sur le sport aux vieux messieurs souvent minoritaires dans l’établissement. Tous les jeunes étaient présents pour vivre, avec des résidents au musée local, l’histoire de la mine.

Ces jeunes volontaires, souvent faute d’emploi immédiat ou avec le besoin de faire un break dans leurs études, ont choisi de s’engager en service civique pour vivre une expérience professionnelle et solidaire. Valentin, Marine, Steeve, Adifa, Anawel, Raphaël, Michaël… envisagent tous des métiers différents : infirmier, éducateur, ouvrier dans le bâtiment, diététicienne...

Le Conseil de la vie sociale, avec un adhèrent Cfdt, soutient ce projet. Edith Bisiaux-Zwierzynski, responsable de l’Union territoriale des retraités du Hainaut-Avesnois, a bien l’intention de donner un prolongement à ce projet entre la Cfdt et Unis-Cité. La mayonnaise intergénérationnelle prend forme.

Jacques Rastoul

(1) www.passeursdememoire.fr

Repères

Cette association nationale créée en 1994 accueille 1 800 jeunes volontaires par an. Le service civique à Unis-Cité répond aux grands enjeux sociaux et environnementaux, favorise le brassage social entre jeunes. C’est aussi un tremplin pour le futur des jeunes. Les volontaires pour la solidarité intergénérationnelle sont l’une des actions avec le projet « Passeurs de mémoire ». Les jeunes perçoivent une indemnité de 457,25 euros net par mois avec une protection sociale complète.

Pour en savoir plus :

www.uniscite.fr et www.service-civique.gouv.fr

Les jeunes volontaires s’engagent pour vivre une expérience professionnelle solidaire.