Foire aux questions


Comment bénéficier d’un départ anticipé amiante ?


Question de Palassio. J’ai été salarié pendant 16 ans dans la société Pechiney. Je travaillais dans un secteur exposé à l’amiante. Pourriez-vous me dire, si je peux prétendre à un départ anticipé à la retraite. Si c’est le cas, quelles sont les démarches à faire ?

Réponse. Les salariés ou anciens salariés ayant travaillé l’amiante ou ayant été en contact avec ce produit peuvent bénéficier de la cessation anticipée d’activité. Elle s’applique entre 50 et 60 ans, sous réserve que les établissements, entreprises ou métiers soient dans une liste établie par arrêté ou pour cause de maladie professionnelle.

Revenons en détails sur les quatre voies d’accès. Il faut :
- 1. Etre reconnu de la maladie professionnelle de l’amiante (n°30 ou 30 bis).
- 2. Avoir été salarié dans un établissement de fabrication de matériaux contenant de l’amiante, un établissement de flocage ou de calorifugeage désigné dans « la liste » officielle.
- 3. Avoir exercé un métier figurant dans « la liste » ou dans un établissement de construction et de réparation navale désigné dans « la liste ».
- 4. Avoir exercé le métier de docker professionnel dans un port désigné dans « la liste ».

L’âge de départ, entre 50 et 60 ans, se calcule en comptant un tiers de la durée d’exposition au risque. Ce chiffre est ensuite soustrait de 60 ans. Exemple : pour une durée d’exposition de 12 années : 60 ans - 12/3 = 56 ans.

Si vous êtes atteint de la maladie professionnelle de l’amiante, il n’y a pas de condition d’ancienneté. Le dispositif porte le demandeur jusqu’à la retraite.

L’allocation s’élève à 65% du salaire brut des 12 derniers mois d’activité. Elle est soumise aux cotisations sociales (8,4% au maximum). La demande est à faire auprès des Cram.

Pour savoir si votre entreprise, établissement ou le métier vous concernant est dans la liste, cliquez sur ce lien : Liste des établissements, chantiers navals et ports.

Le forum de cet article est clôturé.

2 messages
  • Comment bénéficier d’un départ anticipé amiante ? Le 16 octobre 2007 à 17:45 , par allo françoise

    travallant dans un labo métallurgique depuis 35 ans (PSA) et, ayant pendant 15 ans réduit en poussière les plaquettes de frein de chez Ferrodo pour vérifier leur conformité, quel sont les démarches à faire puisque le médecin du travail ne peut rien pour moi ?

    Répondre à ce message

  • Comment bénéficier d’un départ anticipé amiante ? Le 6 juin 2007 à 19:25 , par petit serge

    Le tribunal administratif de CLERMONT FERRAND vient de donner raison aux ouvriers de l’aciérie AUBERT et DUVAL 63770 LES ANCIZES (malgré une direction qui minimise le scandale !) pour faire classer ce site « amiante » et de ce fait , donner droit à la préretraite « amiante », mais toujours rien ! nous attendons tous votre avis !!! nous atteignons le chiffre de 210 ouvriers atteints de plaques pleurales, 13 décès et toujours pas de décret pour nous accorder quelques années de repos avant notre mort qui pour certains sera atroce

    Répondre à ce message

    • Comment bénéficier d’un départ anticipé amiante ? Le 13 juillet 2007 à 08:46 , par Hervé Sans

      Lorsqu’il y a reconnaissanse de la maladie, la victime a droit à un départ anticipé dès l’age de 50ans. Les plaques d’amiante ont une relation incontestable avec la diminution de l’espèrence de vie. Aussi il est souvent difficile de partir avec des indemnités qui ne permettent même plus de vivre sainement, la santé qui est le plus important pourtant pour limiter les effets néfastes de ce mal.
      Lorque l’on sait que pour permettre à nos patrons de bénéficier d’une retraite aisée avec une espèrence de vie bien plus longueque nous, nous avons bradé notre vie pour cela.
      Pour la plupart d’entre nous, nous n’aurons même pas la joie de connaître nos petits enfants, voir même nos enfants devenir adultes.
      Comme beaucoup d’entre vous, je suis atteint, je suis aussi entrain de monter mon dossier et de me poser beaucoup de questions. C’est pourquoi je consulte les forums.
      Bon courage à tous. Hervé Sans.

      Répondre à ce message