Notre activité


Congrès extraordinaire sur une réforme statutaire


Les représentants des structures de la CFDT Retraités et les membres du bureau national se sont réunis pour la rencontre nationale et un congrès extraordinaire. À l’ordre du jour, une réforme statutaire en vue d’entrer dans une organisation de congrès conforme à l’ensemble des structures de la CFDT.

Il n’est jamais facile d’aborder les modifications statutaires. Les statuts ont un rôle essentiel. Ils organisent notre démocratie interne. Dans l’histoire de la CFDT, un tournant est pris en 2002 : la Confédération reconnaît à l’UTR (Union territoriale de retraités) la fonction politique de base avec les mêmes droits et devoirs que les syndicats de salariés. Et un double ancrage. Un lien avec la profession d’origine et l’approche territoriale de la revendication ont conduit à ouvrir le vote en congrès à deux types de structures : les UTR et les UFR.

Un récent audit de l’UCR révèle que la dualité entre les adhérents directs organisés en ULR (Union locale des retraités) et les adhérents professionnels organisés en SSR (Section syndicale des retraités) est source de crispation. Et les nouveaux adhérents comprennent mal notre fonctionnement. De fait, la construction statutaire de l’UCR n’est pas complètement aboutie. Cette question trouvait une expression lors des votes au congrès où « chaque UTR et UFR a droit à une voix pour 25 adhérents, ou fraction de 25 » (article 9 des statuts). De cette manière, là où les UFR votaient deux fois (en leur sein et au sein des UTR), les ULR ne votaient qu’une seule fois au sein de leur UTR et disposaient de deux voix.

Aux termes d’un débat engagé au bureau UCR, la CFDT Retraités a décidé de façon dépassionnée une modification des statuts qui la met en conformité avec le fonctionnement de toutes les autres structures de la CFDT. Sans qu’aucun adhérent ne soit privé de son droit d’expression et de son droit de vote. Sur proposition du Bureau de l’UCR, le congrès extraordinaire se prononce sur la modification statutaire. Le vote par appel nominal et par mandats donne : Pour : 82,92 %. Contre : 17,08 %. Les abstentions représentent 2,97 % des votants.

Ainsi, les UFR qui existent ne sont pas remises en cause. Les SSR, structures de base des UTR comme le sont les ULR, sont toujours en lien avec leurs UFR. Les adhérents des UFR ont des missions à remplir qu’il faut réaffirmer. Leurs adhérents doivent disposer d’une information de leurs professions, des services ou de protection en raison de leur statut, de l’accès à une mutuelle spécifique…

Daniel Druesne

L’action de l’UTR est essentielleme sur le territoire pour prendre les contacts nécessaires à la continuité de l’adhésion.