UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Actu revendicative


Cristaine, une artiste oubliée


Adoptée par le Nord, cette artiste compose des poésies, les met en musique et s'avère une peintre de l'âme. Lisez, regardez ! Une maman c'est… C'est le visage tendre Gravé de nos douleurs C'est le cou pour se pendre Les bras pleins de chaleur C'est l'Amour qu'on rejette Histoire de Liberté C'est le retour en fête Toutes guerres oubliées

Née à Chemillé (Anjou) en 1934, femme du Nord depuis quarante ans, mère de quatre enfants, Cristaine, de son vrai nom Christiane Brin, a pourtant sillonné la France. Auteur-compositeur, artiste peintre, autodidacte, elle ne sera jamais exposée au Musée des Beaux-Arts de Lille. Et pourtant…

Depuis l’enfance le dessin est sa passion, elle crée des personnages sans modèle. Lors de moments difficiles elle s’essaie à l’écriture, sort, à trente ans, son premier texte : « Cauchemar ». Le hasard l’amène à rencontrer le poète-facteur Jules Mongin et le sculpteur américain Michel Vaissier. Ces deux artistes l’encouragent à mettre ses textes en musique, à les interpréter. En 1966 elle organise ses premières expositions et accède à la distinction de « première muse de la taverne aux poètes » d’Angers.

La vie la conduit dans le Nord qui l’adopte. Elle y rencontre Mouloudji et se produit partout. Lors du cinquantenaire du Beffroi en 1992, elle compose « La ballade du beffroi de Lille » qu’elle interprète à l’Opéra de Lille où elle côtoie Alain Decaux. Au niveau national, elle côtoiera d’autres « grands du spectacle » dont Thierry Beccaro. On lui décernera le prix « à cœur joie ». Elle sortira deux albums : « A poings fermés paumes ouvertes », et « L’amour c’est comme… ».

Outre la poésie et la musique, Cristaine est artiste-peintre

Mais ce milieu fermé s’abstiendra de la soutenir. Comme il faut bien vivre, Cristaine devient animatrice musicale dans les établissements scolaires, dans les galas, sans oublier d’exercer des animations bénévoles au profit des maisons de personnes âgées.

Outre la poésie et la musique, Cristaine est pétrie de talents comme artiste-peintre. D’ailleurs, est-ce la poésie qui inspire sa peinture ou l’inverse ? C’est une « peintre de l’âme » qui crée par inspiration spontanée sans jamais prendre de modèle, qui projette sur la toile ses émotions, ses colères, ses visions d’un monde déchiré qu’elle aimerait plus juste.

Elle valorise les couleurs vives qui rendent la vie, comme les teintes froides qui dénudent le désespoir. Ce qui ne l’empêche nullement de pratiquer aussi le fusain. Ses créations nous emmènent à La Réunion, en Afrique, aux Indes, là où la misère éclate à fleur de toile… Elle fait la pause dans ses révoltes quand elle crée des contes illustrés pour les enfants où elle se laisse aller au rêve d’un monde apaisant, c’est son côté « naïf ».

Comment, dans ce pays qui se veut « créateur de lumière » a-t-on pu laisser Cristaine, à présent dix fois grand-mère, quatre fois arrière-grand-mère, dans l’ombre, alors qu’elle vit « une vie de femme fleurie » ? Sans doute, comme le chantait Jean Ferrat, parce que « le poète voit plus loin que l’horizon » dans un univers qui se voile la face.

Pour contacter Cristaine : utilisez Nous écrire, nous ferons suivre.