Notre congrès 2015


Discussion des congressistes avec Laurent Berger


Présent au congrès depuis le début de la journée, Laurent Berger a pendant plus de deux heures dialogué avec les congressistes. Il a exposé notre vision d’un syndicalisme CFDT porteur de sens dans une société en crise. Un syndicalisme à hauteur d’homme.

Les retraités ont toute leur place dans l’organisation : « La CFDT a besoin des retraités car elle a besoin d’être à l’image de la société. Le syndicalisme retraités, ce n’est pas une amicale, c’est un syndicat qui travaille pour réduire les inégalités et la pauvreté et pour plus de justice sociale. La finalité, c’est une meilleure qualité de vie, un mieux vivre au quotidien. Travailler à réduire les dépenses énergétiques, à diminuer les fractures territoriales, permettre un meilleur accès à la médecine... je compte sur vous, pour reprendre ces thèmes en lien avec l’interprofessionnel ».

La « revification de la société

Il proposera au prochain Conseil national confédéral un chantier sur la « revification de la société et le rôle de la CFDT ». Les retraités CFDT travaillent déjà sur des sujets sociétaux et ont des partenariats avec le monde associatif : ils doivent prendre toute leur place dans ce chantier. On doit aller chercher les personnes qui ne croient plus au collectif, on doit faire plus d’effort en termes de communication. Riche de notre diversité, fière de notre organisation, nous devons prendre des initiatives pour être plus proche des retraités.

Un débat ouvert, sans langue de bois

Puis un débat ouvert, sans langue de bois, s’est engagé avec la salle, suite à une série de questions. Bien sûr, les thèmes récurrents sont le logement et ses difficultés d’accès et d’adaptations ; la Sécurité sociale, les complémentaires santé et les mutuelles ; l’accès à la santé pour tous, les dépassements d’honoraires, le tiers payant mais aussi la pénibilité, les fins de carrière et la transition salariés-retraités ; les réformes territoriales et nos adaptations institutionnelles, la prise en compte des conditions de travail difficile pour les métiers mal rémunérés autour de la perte d’autonomie.

« Le premier rôle d’un syndicat, c’est l’indignation, mais son efficacité, ce sont ses propositions » a rappelé Laurent. Aussi il se félicite, de la réaction et mobilisation de la CFDT Retraités sur le non-paiement des retraites. Cela avait du sens de réagir vite, cette action avait du sens, tout comme la manifestation des aides à domicile devant le ministère de la santé. Cela a redonné de la dignité aux personnes concernées même si les augmentations de salaires obtenus ont été minimes.

Remettre l’économie au service de la société : « on ne retrouvera pas les 30 glorieuses, mais comme dans la difficile négociation Arrco-Agirc, il faut parler de solidarité, trouver des mesures d’économie à court terme et une réforme à long terme. Ce sont des positions difficiles, mais il n’est pas question de toucher aux basses pensions et l’effort devra être partagé par tous ».

Faire plus d’effort en termes de communication pour convaincre sur nos propositions, la CFDT Retraités a répondu présent.