Notre activité


Du bon usage des technologies pour notre autonomie


Suivi médical à distance, téléalarme, chemin lumineux… de nouveaux dispositifs sont expérimentés pour faciliter le maintien à domicile. Reste à les intégrer dans le quotidien.

De plus en plus de départements s’investissent dans la prévention d’autonomie des personnes âgées pour un domicile équipé et adapté aux gestes du quotidien.

Plusieurs expériences sont menées comme « les bus de l’autonomie », aménagés en appartement-témoin pour promouvoir les aides techniques et les bonnes pratiques visant l’adaptation de son logement pour faciliter le maintien à domicile.

C’est un véritable changement de nos modes de vie, mais nous devons apprendre à utiliser ces nouvelles technologies avec discernement. Si elles apportent des solutions concrètes concernant la sécurité, le suivi médical, le maintien à domicile, il nous faut différencier le but de ces bienfaits : pour qui ? Pour les soignants, pour l’entourage familial, pour la personne âgée ?

Prenons le suivi médical à distance, il permet un meilleur suivi des personnes même s’il demande une sécurisation des données transmises par Internet, il sécurise l’entourage de la personne âgée, mais il supprime le contact direct avec son médecin.

Avec le recul, certaines études sur ces nouveaux dispositifs nous permettent de réajuster leurs utilisations. La téléalarme avait été prévue pour un service sanitaire. La personne déclenche l’appel aux secours en cas d’accident ou d’urgence. Or à l’usage, on s’aperçoit que très peu d’appels concernent une intervention des services d’urgence (moins de 2 %), mais la téléalarme a révélé un besoin de présence humaine et de lien social à certains moments de la journée, non pris en compte par l’entourage. Aussi le modèle a été réévalué plus comme un service social qu’un service sanitaire.

Tous ces nouveaux outils ne deviennent efficaces que s’ils participent à notre routine quotidienne. Ils viennent alors consolider notre autonomie et nous aider à mieux vivre dans notre logement.

Danielle Rived

Test et évaluation

La « Maison Intelligente » de l’Institut universitaire de technologie (IUT) de Blagnac expérimente et teste en situation réelle des systèmes centrés sur l’aide à la personne et sur la prise en charge de personnes âgées, handicapées, dépendantes ou fragiles.

Quelques exemples :
- Imaginez que vous deviez vous lever en pleine nuit, mais que, à moitié endormi, dans le noir, vous soyez perdu et désorienté ! Eh bien, sitôt levé de votre lit, un cheminement lumineux s’allume au sol automatiquement et vous guide, soit aux toilettes, soit à votre lavabo. Qui plus est, sitôt recouché, le cheminement lumineux s’éteint. Magique, non ?

- Imaginez également que, suite à une maladie ou un accident, vous soyez contraints de vivre un certain temps en fauteuil roulant : l’évier et le plan de travail de votre cuisine s’adaptent à votre hauteur. Il en est de même des placards fixés au mur, qui montent et qui descendent, du lavabo de la salle de bains, etc.

- Autre exemple : vous faites une chute et vous êtes dans l’incapacité de vous relever et d’appeler les secours. Un capteur installé dans votre logement détecte automatiquement votre immobilité. Comme ce capteur est connecté à un centre de secours, celui-ci est alerté automatiquement, il vous en informe et prend toutes les dispositions pour vous venir en aide dans les meilleurs délais.

Cette plateforme, dédiée à l’accompagnement et au maintien à domicile des personnes fragiles, reste, pour l’instant, un laboratoire, mais c’est tout de même un réel logement, vivable, dans lequel sont installés divers dispositifs intégrés.

(Compte rendu de la visite de militants CFDT Retraités Haute-Garonne/Ariège en avril 2019)
Pierre Pistre

Les nouvelles technologies, une aide à l’autonomie.