Nos déclarations


Face aux déficits, la CFDT Retraités défend la protection sociale solidaire


Les effets de la crise se font pas sentir sur l'équilibre financier de la protection sociale. Ces déficits supplémentaires sont à compenser par la solidarité nationale : annuler le bouclier fiscal, revoir la fiscalité des revenus financiers et revenir sur les exonérations de charges pour les heures supplémentaires.

Le bureau de l’Union confédérale des retraités CFDT constate que les effets de la crise économique ne se font pas sentir que sur l’emploi. Ses conséquences sont de plus en plus importantes sur l’équilibre financier de la protection sociale. L’annonce des déficits grandissants de la Sécurité sociale pour 2009 et pour 2010 est inquiétante. Ils ne proviennent pas de la croissance des dépenses puisque celles de l’assurance maladie apparaissent contenues et celles de l’assurance vieillesse sont en ligne avec les prévisions. Ces déficits annoncés sont donc à mettre en relation avec la diminution des recettes.

Cette situation ne peut pas durer car elle risque de remettre en cause les bases du système actuel. La CFDT Retraités en réaffirme les qualités et défend les principes de solidarité et d’équité qui en sont la base. Son rôle d’amortisseur des effets de la crise est reconnu de tous y compris par le Président de la République qui en découvre les bienfaits. Ses effets économiques sont importants par les emplois qu’il génère, en particulier dans le domaine de la santé. Sa pérennité constitue la base de garanties sociales au bénéfice de tous.

À l’heure où le gouvernement ne fait qu’ouvrir le débat sur des mesures ponctuelles destinées à diminuer les dépenses par des contrôles sur les arrêts de travail et les transports sanitaires ou par un relèvement de l’âge légal de départ en retraite, la CFDT Retraités estime que la priorité réside dans la relance économique et le développement de l’emploi.

En attendant les retombées d’une telle politique, la CFDT Retraités considère que les déficits supplémentaires de la protection sociale qui sont à mettre en relation avec les effets de la crise sont à compenser par la solidarité nationale grâce à des modifications fiscales génératrices de ressources nouvelles. Elle demande, en particulier, au gouvernement d’annuler le dispositif de bouclier fiscal, de revoir la fiscalité des revenus financiers et de revenir sur les exonérations de charges pour les heures supplémentaires.

Le 24 juin 2009