Notre activité


Garder ses dents, garder sa santé


Selon plusieurs enquêtes, 80 % des seniors auraient besoin de soins bucco-dentaires. Beaucoup n’ont pas vu de praticien depuis plusieurs années. Dans des institutions, des dépistages sont maintenant proposés. Mais toutes, encore nombreuses, ne le font pas, ces soins étant jugés trop coûteux.

Il y a 30 ou 40 ans, il paraissait logique qu’une personne de plus de 65 ans n’ait plus ses dents. La plupart des gens étaient équipés de prothèses et les plus démunis mouraient avec leurs seules gencives édentées. Cette vision de la société a heureusement reculé aujourd’hui, mais pas en totalité. Les mesures demeurent faibles, faute de financement, de moyens humains, de formation à ce type de soins, et du faible taux de remboursement des soins prothétiques.

Le lien indéfectible entre santé bucco-dentaire et bien-être ne se fait pas assez. Pourtant, soigner ses dents, c’est entretenir sa santé, et ceci à tout âge. Mais plus on avance en âge, plus cela se complique. Les dents s’usent davantage, les précautions doivent être encore plus grandes. Les pathologies bucco-dentaires sont susceptibles d’entraîner des infections (cœur, diabète…), l’aggravation de pathologies générales et l’affaiblissement provoqué par la dénutrition. Elles génèrent ou accélèrent la perte de forces musculaires qui peut être responsable de chutes et favoriser des infections.

Selon les praticiens, la conservation d’un nombre minimum de vingt dents semble nécessaire au maintien d’une fonction masticatoire correcte pour permettre une bonne nutrition. Or, les sujets âgés atteignent rarement ce chiffre. On observe alors des déficits en fer, en vitamine A, vitamine C, acide folique, manque de protéines, accompagnés d’un risque accru de morbidité. En outre, des tests sur la salive indiquent qu’après 65 ans, un patient sur trois a des glandes salivaires déficitaires. D’origine physiologique ou médicamenteuse, cette diminution a des impacts sur la santé et altère progressivement la qualité de la vie.

Valoriser le visage

Un plan de prévention bucco-dentaire était envisagé par le ministère de la Santé. Il prévoyait une généralisation d’un bilan à toutes les personnes de plus de 60 ans, et l’amélioration des soins pour des personnes âgées hébergées dans les Ehpad ou hospitalisées dans les services de longs séjours. Mais il est, semble-t-il, resté dans les cartons.

En attendant, des formations sont données dans certains établissements auprès des infirmières et aides soignantes pour les former aux gestes d’hygiène bucco-dentaire élémentaires comme le brossage des dents, des prothèses, et pour effectuer un bilan pour chaque résident.

Notre bouche est une partie essentielle de notre corps. Non seulement elle reçoit les aliments utiles à notre équilibre, les coupe, les broie par les dents, par la langue et le palais, les déguste, mais elle contribue aussi, et c’est important psychologiquement, à valoriser votre visage par un sourire illuminé de belles dents.

La CPAM prend en charge 70 % des actes de prévention, traitement de caries, détartrage, contrôle, et ceci tous les 6 mois. Les mutuelles remboursent généralement le reste à charge. Alors n’hésitez pas, gardez vos dents !

Georges Goubier

Vingt dents sont nécessaires pour une bonne mastication (photo Fotolia)