Notre activité


Immigration : l’ADN CFDT réaffirmé


La CFDT a toujours été à la pointe, voire à l’initiative des luttes concernant la situation des immigrés et leurs familles, que ce soit dans les entreprises et les quartiers. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à deux types d’immigration : les réfugiés fuyant avec femmes et enfants, les conflits armés, et les réfugiés climatiques ou économiques.

D’après le quotidien La Croix du 17 janvier 2018, ce sont 262 000 titres de séjour, toutes catégories confondues (rapprochement familial, étudiants, …) qui ont été délivrés en 2017, soit une hausse de 13,7 % sur un an.

Des chiffres en trompe-l’œil

Si les titres accordés aux réfugiés ont augmenté de 56,5 %, avec 35 825 statuts de réfugiés accordés en 2017, le retour au pays des immigrés en situation irrégulière a augmenté de 14,6 % soit 14 859 éloignements dont 6 595 « retours forcées de populations des tiers vers les pays tiers », contre 6 166 en 2016. Enfin, le nombre de personnes non admises aux frontières de l’Europe est passé de 63 732 à 85 408 en 2017.

Le nouveau traité conclu, lors du 35e sommet franco-britannique le 18 janvier 2018 à Standhurst, vise à renforcer la gestion conjointe de notre frontière commune avec un traitement amélioré des mineurs non accompagnés demandeurs d’asile. Il prévoit une contribution complémentaire de Londres « de 50 millions d’euros pour le contrôle de la frontière à Calais…  » Est-ce pour améliorer les conditions des migrants ou se doter de plus de moyens pour des contrôles tous azimuts sans respect des dignités humaines.

« Les bons et les mauvais migrants »

Les associations d’accueil, qui dénoncent la circulaire du ministère de l’Intérieur réclamant un contrôle des migrants en centres d’hébergement, ont reçu un soutien de la CFDT en la personne de Laurent Berger. « Notre pays est en train de perdre son âme sur la question des migrants… Les associations qui contestent aujourd’hui, ce ne sont pas des gauchistes. Ce sont des associations reconnues… Ça doit interpeller le gouvernement. Cette volonté de trier entre ceux qui seraient bons migrants et mauvais migrants est inacceptable pour la CFDT… Il y a un devoir de venir en secours à toute personne en situation de détresse, avant de savoir qui elle est  » a insisté Laurent Berger.

Sous forme de lettre ouverte dans Le Monde, s’adressant au président de la République, des personnalités, dont Laurent Berger, Jean Pisani-Ferry, Thierry Puech et Lionel Zinsou de Terra Nova, Jean-François Rial, de Voyageurs du Monde, dénoncent une politique qui « n’a de cesse de faire baisser la demande d’asile en cherchant à dissuader les candidats de venir sur notre sol ». Cette logique est en rupture avec «  l’humanisme que vous prônez ».
À bon entendeur, salut !

Jean-Pierre Bobichon

Il n’y a pas qu’à Calais

Un témoignage direct d’une bénévole à la frontière franco-italienne près de Vintimille :
« Je suis allée à Caritas Vintimille porter doudounes, pulls, chaussures… Quelle tristesse ! Je suis arrivée lors de la distribution des repas. Je ne sais pas combien ils pouvaient être, 150, 200... ? Ça entrait, ça sortait de partout. Ils dorment sous la bretelle de la pénétrante, au bord de la Roya, et ils ont des sortes de bâches en plastique pour les protéger un peu, mais vu le temps de ces derniers jours… Ils avaient mis leur linge à sécher sur les grilles… À Caritas, j’ai vu beaucoup de bénévoles, et heureusement ! Que dire ?… Que faire ?  » Elle cite Lénine sans le savoir.
JPB

En savoir plus

En complément, une interview d’Enrico Letta, ancien président du Conseil italien et président de l’Institut Jacques Delors, sur les politiques migratoires en Europe.

"Protéger les persécutés parce qu’ils y ont droit" Laurent Berger