Actu revendicative


L’Anses veille sur nos assiettes


L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a récemment organisé une rencontre avec les syndicats et associations pour mieux découvrir son laboratoire de sécurité des aliments.

Pour mener à bien ses différentes missions, l’Anses s’appuie sur un réseau de 12 laboratoires de référence et de recherche reconnus au niveau international dans plusieurs domaines ou disciplines. Son laboratoire de sécurité des aliments se situe à Maisons-Alfort (Val-de-Marne) et réunit 150 personnes dont 7 doctorants. Il intervient sur les dangers biologiques et physico-chimiques qui peuvent affecter la sécurité sanitaire des aliments et participe à l’accomplissement des missions de référence, de recherche, de veille, d’épidémiologie et d’expertise scientifique.

La sécurité des aliments est assurée par neuf unités scientifiques : caractérisation des toxines, épidémiologie bactérienne, contaminants inorganiques et minéraux de l’environnement, écophysiologie et détection bactérienne, services vétérinaires, maîtrise de l’hygiène, modélisation des comportements bactériens, polluants organiques et pesticides, virologie des aliments et de l’eau.

Le laboratoire apporte à la décision publique une expertise scientifique à la fois généraliste sur la sécurité sanitaire des denrées alimentaires, mais aussi plus spécifique sur certaines filières de transformation comme celle du lait et produits laitiers en particulier.

Laboratoire de référence

Il identifie, surveille, analyse les risques des principaux dangers alimentaires. Il scrute les dangers microbiologiques liés aux matières premières, aux conditions de production et de préparation des denrées alimentaires. Il évalue les dangers physiques et chimiques présents dans l’environnement ou générés par des procédés agro-industriels que l’on peut retrouver dans nos aliments.

Il assure les missions de laboratoire national de référence dans le domaine du contrôle des biotoxines marines, du lait et des produits laitiers, vérifie et détecte, listéria, mycotoxines, staphylocoques, métaux lourds, pesticides, salmonelles et les résistances anti-microbiennes.
C’est le laboratoire de référence de l’Union européenne pour le lait et les produits laitiers.

Un plan est désormais établi pour identifier les actions à renforcer ou à mettre en place. Le laboratoire travaille avec les Antillais pour transférer les méthodes d’analyse, former le personnel, organiser des essais inter laboratoire d’aptitude. À l’évidence l’Anses joue un rôle majeur pour les consommateurs en France et dans le monde.

Georges Goubier

L’Anses joue un rôle majeur pour les consommateurs en France et dans le monde.

Les ravages de l’épidémie SHU en Allemagne et en France

En mai 2011, l’Allemagne connaît un nombre important de cas de syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) se manifestant par des diarrhées hémorragiques dues à une souche : l’escherichia coli.
Près de 4 000 personnes sont touchées. 52 en meurent. Et plus de 800 personnes souffrent gravement de cette épidémie. La France est, elle aussi, touchée mais à un degré moindre.

Le laboratoire s’est fortement mobilisé pour collaborer avec ses homologues allemands ainsi qu’avec le laboratoire européen basé en Italie. Il a pu ainsi transférer le protocole de détection rapide de la souche et répondre aux sollicitations pour diffuser une information de référence sur l’état des connaissances scientifiques, assorties de conseils pratiques aux consommateurs.

Les dangers dus au chlordécone aux Antilles

Le chlordécone est un pesticide de synthèse dérivé du chlore, possible cancérigène et agissant potentiellement sur les glandes humaines. Maintenant interdite, cette molécule a été utilisée des années durant aux Antilles. Mais elle est encore retrouvée en raison de sa rémanence dans les sols, les milieux aquatiques et les denrées alimentaires.