Notre activité


Ne cédons pas aux amalgames sur les réfugiés


L’actualité liée aux attentats a mis en sourdine la situation de ces femmes, de ces hommes et de ces enfants qui continuent d’échouer sur le territoire européen. Où en sommes-nous ?

Les questions d’immigration font partie des fondamentaux de l’histoire de la CFDT. Au quotidien, nous devons sans cesse informer et lutter contre les amalgames.
Ces populations démunies continuent de frapper aux portes de l’Union européenne.

Ces réfugiés quittent leur pays respectif pour des raisons de conflits armés, d’instabilité politique, démocratique, économique, financière et sociale. Les droits de la personne humaine y sont bafoués et l’extrême pauvreté se développe.

Les 11 et 12 novembre derniers, le Conseil européen à La Valette (Malte) a réuni les États membres de l’Union européenne et des États d’Afrique. Une déclaration politique et un plan d’action ont été adoptés. Cinq orientations concrètes ont vu le jour :
- s’attaquer aux causes profondes des migrations ;
- renforcer la coopération pour ce qui concerne les migrations légales ;
- assurer la protection des personnes déplacées ;
- prévenir et lutter contre le trafic de migrants et la traite des êtres humains ;
- progresser sur les conditions du retour des personnes non autorisées à rester sur le territoire de l’Union européenne.

Ces volontés politiques devront se concrétiser par des projets européens pour accroître l’emploi dans les régions d’origine et de transit des migrants d’Afrique de l’Est, du Nord et de l’Ouest : Doublement des bourses accordées aux étudiants et chercheurs, programmes régionaux de développement et de protection dans la Corne de l’Afrique et en Afrique du Nord, mise en place de possibilités d’enquêtes au Niger et ailleurs pour lutter contre les réseaux de trafiquants…

Accroître l’emploi dans les régions d’origine des réfugiés à venir, une des meilleurs armes contre la terreur.

Pour contribuer à la mise en œuvre de ces dispositions, un fonds de l’Union européenne, doté d’un montant minimal de 1,8 milliard d’euros a été adopté auquel s’ajoute l’aide au développement aux pays africains pour un montant de 20 milliards d’euros chaque année.

Comme l’affirme la Confédération européenne des syndicats (CES) : « Toute la communauté internationale a intérêt à rétablir la paix dans les régions en conflit. Pour prévenir d’autres conflits, il est essentiel d’investir dans le développement démocratique et durable. »

Jean-Pierre Bobichon

Pour en savoir plus :

http://ec.europa.eu/immigation

Quelques repères :

Le budget de la coopération extérieure de l’Union européenne (2014/2020)
- 96,8 milliards d’euros
- 344 millions d’euros consacrés aux migrations

Soutien de l’Union européenne destiné à l’Afrique pour son développement (2010/2015)
- 9, 4 millions de personnes inscrites dans l’enseignement primaire.
- 5,4 millions de naissances suivies par un personnel médical qualifié.
- 41 millions de personnes raccordées à une eau potable de qualité

Protection des migrants et demandeurs d’asile
- 38 millions d’euros pour l’opération « Triton » (aide au sauvetage en mer de personnes en Méditerranée centrale depuis 2014)
- 18 millions d’euros pour l’opération « Poséidon » (aide au sauvetage en mer de personnes en Méditerranée orientale depuis 2006)
- En 2016, la Commission européenne attribuera une enveloppe de 45 millions d’euros pour ces deux opérations

Demandes d’asile en 2014
- 662 680 demandes de protection internationale
- 387 805 décisions rendues
- 47 % des demandes acceptées