Notre activité


L’urgence démocratique


L’université syndicale d’été de la CFDT (USE) est un moment pour se retrouver et prendre le temps de réfléchir collectivement à la société que nous voulons. Cette année, elle a été consacrée à un thème aujourd’hui crucial, la démocratie.

L’USE est un temps de respiration, émaillé de conférences plénières et d’ateliers pour réfléchir et se mobiliser afin de préserver, selon les mots de Laurent Berger, « ce bien précieux, par nature fragile, chèrement acquis par nos aînés, la démocratie ».

L’exposition « Mai 1968 », réalisée par le service des Archives de la Confédération, était présente sur le site de Bierville, émotion et nostalgie pour les plus anciens, découverte pour les plus jeunes.

Alternance de conférences et d’ateliers

Les conférences ont été l’occasion pour les sociologues, philosophes, politiques, représentants d’association, historiens et journalistes invités, de s’interroger sur la crise de la démocratie, le débat public à l’heure de l’immédiateté, l’enrichissement de la démocratie, la démocratie dans le monde du travail et le rôle de la CFDT face à la menace qui pèse sur la démocratie.

Des temps de respiration avec les huit ateliers ont mobilisé les participants, de l’escape game au Théâtre de l’Opprimé, en passant par l’entreprise libérée, la participation citoyenne à travers le numérique, la vie hors travail, l’urgence écologique… Mention spéciale pour le Théâtre de l’Opprimé qui, à partir quelques saynètes, a mis en évidence le pouvoir de l’échange convivial dans une société où chacun demeure enfermé et inatteignable dans sa bulle.

Les formes du débat

Parmi les racines de la crise démocratique figurent l’exclusion sociale, la crise des pratiques démocratiques et l’importance de mouvements protestataires nouveaux et ponctuels. S’ajoute un individualisme, chacun voulant faire ce qu’il veut dans une vie privée aux bornes indéfinies.

Aujourd’hui, le débat public s’invite dans les réseaux sociaux qui en amplifient les défauts et les écueils, tandis que l’immédiateté les hypertrophie. Sur Twitter, le débat vire à la polémique, tourne au tragique et ce n’est plus qu’un faux débat. Enfin les réseaux sociaux contribuent à l’expression de positions « mainstream » et ne permettent plus la manifestation de positions adverses, asphyxiant le vrai débat public.

Le rôle de la CFDT face à la démocratie menacée

Le vote n’est pas la démocratie. Ce sont les espaces d’échange et de discussion, de construction du débat dans le respect des individus qui fondent la démocratie. Grâce au Pacte du pouvoir de vivre, c’est une belle occasion de faire progresser la démocratie au travail qui se présente aujourd’hui. La construction de fronts démocratiques avec toutes les organisations partageant nos valeurs est une des manières de résister à l’extrémisme identitaire qui menace la démocratie.

Par son attachement aux droits de la personne et aux libertés individuelles, la CFDT incarne cette résistance. Dans son intervention finale, Laurent Berger a rappelé que la CFDT est reconnue comme « un organisme qui ne transige pas sur les valeurs démocratiques », démocratie de la société et syndicalisme démocratique, deux réalités étroitement articulées.

Nicole Chauveau

Pour en savoir plus : www.cfdt.fr

Faire progresser la démocratie, un devoir pour la CFDT.