Actu revendicative


La vieillesse à l’honneur sur la croisette


La palme d'or du festival de Cannes 2012 a été attribuée au film « Amour » de Michael Haneke. L'histoire d'un couple de 80 ans, jouée par Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva. En dépit de la maladie et du vieillissement, il règne entre eux, la tendresse et l'amour. Début d'une révolution culturelle, consécration des seniors longtemps absents des écrans. Timidement « le senior movie » avance et prend sa place.

Les États-Unis longtemps silencieux sur ce thème, perpétuent le mythe du vieux cow-boy en mettant en scène des vieillards intrépides et caractériels prêts à saisir leur dernière chance, comme dans : « Une histoire vraie  » de David Lynch en 1999, où un grand-père malade décide de partir en tondeuse à gazon à travers l’Amérique pour se réconcilier avec son frère. Plus récent, le film « Gran Torino  » de Clint Eastwood en 2009. Un grand-père aigri, misanthrope, attend son grand départ mais il n’est jamais trop tard pour apprendre à devenir meilleur.

Riches et en bonne santé, les norvégiens avec Ben Hamer en 2007, dans une comédie poétique et loufoque, nous parlent de « La nouvelle vie de Monsieur Horten  », qui commence à la retraite quand s’achève la vie professionnelle.

Les italiens abordent le vieillissement dans des comédies douces amères centrées sur les relations fils-mères comme dans les films de Gianni di Gregorio : « Le déjeuner du 15 août  » de 2008. A Rome, la vie du vieux garçon Gianni consiste à prendre soin de sa mère. Pour la journée du 15 août, il se voit confier trois mamies du quartier. Comment vont réagir ensemble les quatre vieilles dames ?

Les espagnols s’enfoncent dans la crise. Dans « Amador  » de Fernando Leon de Aranoa en 2011, une jeune femme enceinte, accepte de s’occuper d’un vieil homme malade pour subvenir à ses besoins financiers. Les temps sont durs, cachant sa mort, Marcella aborde les imprévus d’une façon surprenante.

Entre onirisme et réalité, les latinos ouvrent de nouveaux territoires esthétiques, à voir « Historias  » sortie en juillet 2012 de Julia Murat. Quelques personnes âgées sont restées dans un village abandonné. Dans la lenteur et la répétition des gestes quotidiens, la vie semble arrêtée, l’arrivée d’une jeune femme crée un anachronisme.

Le vieillissement n’est pas tabou quand il prend le visage d’Emmanuelle Riva au cinéma

Donner l’exemple

Et les Français comment abordent-ils ce thème universel ? Le plus souvent par des comédies. Des amitiés insolites entre jeune et ancien, comme « La tête en friche  » de Jean Becker en 2010 avec Gérard Depardieu et Gisèle Casadessus. Germain quasi analphabète, rejeté par son entourage fait la connaissance d’une très vieille dame. Ou « La petite chambre  » de Stéphanie Chuat en 2011 avec Michel Bouquet. Edmond refuse de partir en maison de retraite, on lui envoie Rose, jeune infirmière à domicile.

Inédit, le succès de la comédie de Stéphane Robelin en 2010 avec Jane Fonda, Pierre Richard, Guy Bedos, Claude Rich, Géraldine Chaplin « Et si on vivait tous ensemble ?  » C’est un éloge à la colocation des septuagénaires, en lieu et place de la maison de retraite.

N’oublions pas les documentaires et gardons une place privilégié à celui de Ludovic Virot « Le sens de l’âge  » sorti en 2011. Six personnes âgées de plus de 80 ans se racontent avec lucidité, courage et tendresse. Elles ont appris à vivre dans le temps présent, à appréhender la solitude, à garder leur curiosité, à porter attention aux êtres qui les entourent. Une grande émotion face à ses récits de vie, une leçon de philosophie pour l’avenir.

Ecoutons encore, Jean-Louis Trintignant lors de la remise de la palme d’or, citant un poème de Prévert : « Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple. »

Danielle Rived

PS : La plupart des films cités existent en DVD