Action internationale


Le 9 mai, un des symboles forts de l’Europe


L'Union européenne a ses symboles. Vous connaissez le drapeau avec ses douze étoiles et l'hymne à la Joie. Nous avons aussi une devise « Unie dans la diversité » et une journée, le 9 mai, date du discours de Robert Schuman en 1950 appelant à une Europe de la paix.

L’Europe n’est pas la suppression des États. En tant que citoyenne et citoyen européen nous devons revendiquer une double appartenance : l’identité nationale et l’identité européenne. Cette dernière se reconnaît à travers plusieurs signes distinctifs propres à chaque européen.

Le drapeau représente la solidarité et l’harmonie. Les douze étoiles restent quel que soit le nombre d’États membres. Ce chiffre de douze serait symbole de perfection, de plénitude et d’unité.

L’hymne européen reprend l’Ode à la Joie, la mise en musique par Beethoven d’un poème de Schiller. Il a une vision idéaliste de la race humaine, une vision de fraternisation de tous les hommes que partageait aussi Beethoven.

La devise « Unie dans la diversité » est apparue vers l’année 2000. Elle est mentionnée officiellement pour la première fois dans le traité établissant une Constitution pour l’Europe, signé en 2004, en cours de ratification. Cette devise signifie que les Européens unissent leurs efforts en faveur de la paix et de la prospérité, et que les nombreuses cultures, traditions et langues différentes que compte l’Europe constituent un atout.

Le passeport porte à la fois l’identification nationale et la mention « Union européenne ».

L’Euro est notre monnaie unique. Elle est utilisée pour le moment par douze États membres en attendant que les treize autres y aient accès. L’accès à la monnaie unique passe par le respect des critères économiques de convergences et/ou par décision politique.

La journée de l’Europe est le 9 mai. Elle marque l’évènement fondateur de la construction européenne par la déclaration le 9 mai 1950 de Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères. Il présenta sa proposition relative à une organisation de l’Europe, indispensable au maintien de relations pacifiques.

La déclaration historique du 9 mai fut rédigée conjointement avec son conseiller et ami Jean Monnet. Pour la petite histoire, le 9e projet sera le texte définitif validé par Jean Monnet le samedi 6 mai 1950 à 4 heures du matin.

En voici un extrait à lire en lien avec la période que nous traversons : « la paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent » [...] « par la mise en commun de productions de base et l’institution d’une Haute Autorité nouvelle, dont les décisions lieront la France, l’Allemagne, et les pays qui y adhéreront, cette proposition réalisera les premières assises concrètes d’une Fédération européenne indispensable à la préservation de la paix... ».

C’est lors du Conseil européen qui s’est tenu à Milan en 1985 que les chefs d’État ou de gouvernements des dix États membres de l’époque ont décidé de commémorer annuellement par « une journée de l’Europe » cet évènement de notre histoire commune.

À cette occasion, des initiatives plus nombreuses sont prises chaque année par des villes et des villages, des syndicats, mouvements, associations et partis politiques pour faire de cette journée un rapprochement de l’Europe avec les citoyens. Le 9 mai est journée fériée dans les institutions européennes.

Et si le 9 mai devenait une journée de l’Europe fériée dans tous les États membres ? Ne serait-ce pas un moyen supplémentaire pour une meilleure reconnaissance par plus de 450 millions d’européens de leur appartenance individuelle et collective à l’Union européenne ?

Certes, en France les jours fériés du 8 mai et du 11 novembre sont là pour marquer la fin des conflits armés ou plus précisément la victoire de la France sur l’Allemagne. Ce sont des dates importantes pour celles et ceux qui ont combattu et leurs familles. Des formes de célébration peuvent être trouvées sans pour autant opposer ces dates là à celle du 9 mai qui est la journée fondatrice de l’Europe et donc de la Paix. À choisir entre le maintien du 8 mai férié et décider que le 9 mai serait férié dans tous les États membres de l’Union européenne, je choisis le 9 mai. Et vous ? Le débat est lancé. Des initiatives pourraient être prises pour atteindre cet objectif.

JPB