Notre activité


Les Français jugent le système des retraites complexe et injuste


Réalisée au printemps 2020, la dernière vague de l’enquête de la Caisse des dépôts sur les attentes et perceptions de la population française vis-à-vis de la retraite permet de mesurer les évolutions depuis la précédente vague de 2012. Surtout qu’entre-temps, la France a connu plusieurs mois de débats et de mobilisation sociale autour du projet de système universel de retraite.

57 % des personnes interrogées ont plutôt une bonne connaissance du système des retraites (60 % en 2012). Les notions de répartition, de capitalisation, d’annuités ainsi que la logique du système actuel semblent assez bien comprises. Toutefois, elles ne sont que 24 % à savoir que la retraite des salariés du privé comprend à la fois des droits acquis en annuités (régime général) et des droits acquis en points (régimes complémentaires).

La connaissance des droits personnels a fortement progressé quel que soit l’âge, 53 % en 2020 contre 37 % en 2012. 60 % des répondants connaissent le nombre de trimestres qu’ils ont déjà validés et 54 % leur âge d’ouverture des droits à retraite. Beaucoup moins (42 %) savent quel est le niveau de durée d’assurance qui leur permettra d’éviter la décote (le taux plein) compte tenu de leur année de naissance.
Les rédacteurs de l’enquête y voient, outre le débat public sur la réforme des retraites, le résultat de la systématisation du droit à l’information de chaque assuré sur sa situation personnelle dont n’avait bénéficié qu’une partie des personnes interrogées en 2012.

Un taux de connaissance lié aux revenus et à l’âge

Le taux de bonne connaissance des droits est lié notamment au niveau de revenu. Il est de 65 % pour la moitié des personnes les mieux rémunérées contre seulement 32 % pour le quart des personnes les moins bien rémunérées. Ce taux est de 41 % pour les employés et les ouvriers et il tombe à 27 % pour les personnes non retraitées hors de l’emploi. Assez logiquement, plus on prend de l’âge, mieux on est informé. Le taux de connaissance de ses droits est de 31 % pour les moins de 35 ans et il monte à 65 % pour les retraités.

Une majorité est attachée au système actuel mais le juge complexe et injuste

Les personnes interrogées sont majoritairement attachées au système de retraite actuel (63 %), notamment au principe de répartition. Ce taux demeure stable depuis 2012. Pour autant, 56 % des répondants trouvent le système actuel « complexe », 36 % « insuffisant » et « injuste ». À l’opposé, ils le qualifient d’« efficace » à seulement 10 %, « lisible » à 6 % et « généreux » à 4 %.

Des Français partagés sur une réforme en profondeur

À la question de savoir s’il faut réformer le système actuel, 43 % préfèrent le maintien du système actuel. Toutefois, 24 % se prononcent pour un système universel par points, en progression notable depuis 2012 (+ 6 points). Le projet porté par le gouvernement est jugé « nécessaire » (38 %), « complexe » (35 %), « injuste » (30 %) et « équitable » (29 %).

Les résultats de cette enquête montrent le besoin de mieux informer l’ensemble des assurés avant de se prononcer sur les améliorations à apporter à notre système de retraite. La CFDT revendique, depuis plus de 15 ans, la création d’un système de retraite universel, plus juste et plus solidaire. Mais la réforme en cours n’est en aucun cas la sienne et ne saurait souffrir d’aucun chèque en blanc.
François Jabœuf

"Pas d’espace avant l’élection présidentielle" Lors de ses diverses interventions, Laurent Berger ne cesse de marteler qu’« il ne peut pas y avoir de débat sur les retraites maintenant, il n’y a pas d’espace avant l’élection présidentielle de 2022 ». Laurent Berger sur France Info