Notre activité


Les jardins en partage


Cultivés en communauté, les jardins partagés se multiplient en ville et dans les villages. Au-delà de la culture potagère, ils sont un véritable vecteur de lien social.

Jardins ouvriers, jardins familiaux, jardins partagés… tout a commencé à la fin du XIXe siècle par les jardins ouvriers popularisés par l’abbé Lemire (*) pour améliorer l’apport alimentaire des familles. Leur rôle était à la fois économique et social. Mis à disposition par le patronat, les lopins de terre côtoyaient le plus souvent l’usine.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’attribution de parcelles à d’autres catégories socioprofessionnelles modifie leur appellation. De jardins ouvriers, ils sont devenus jardins familiaux, mais l’objectif est resté le même : la culture des fruits, des légumes, des fleurs en excluant tout usage commercial.

Une nouvelle approche

Depuis quelques années, la prise de conscience des consommateurs pour une alimentation plus responsable (légumes bio, circuits courts, développement durable) a généré de nouveaux besoins et fait naître une nouvelle génération de jardins : les jardins partagés. Implantés dans les quartiers, au pied d’immeubles, dans les villages, conçus, aménagés, gérés écologiquement avec les habitants, ce sont des lieux d’expérimentation basés sur un fonctionnement de démocratie participative.

Chaque jardin possède une charte de bonnes pratiques. Ainsi, le compostage est privilégié, les pesticides sont bannis ou très peu utilisés et la biodiversité valorisée. Chaque parcelle est entretenue par les familles ou une association moyennant une adhésion et une cotisation. En dehors de la production maraîchère, la transmission des savoirs tient une place importante. Les premiers bénéficiaires en sont les enfants et les seniors.

Lieux d’échanges, de convivialité, de mixité sociale, de plus en plus de villes et de communes réinvestissent du foncier pour le consacrer aux jardins.

Vecteurs de lien social autant que d’écologie urbaine, le concept de jardins partagés a figuré dans de nombreux programmes lors de la campagne des municipales avec pour certains candidats la volonté de développer et d’amplifier les projets de jardin partagé intergénérationnel. On ne peut que s’en féliciter.

Corinne Grincourt

(*) L’abbé Jules-Auguste Lemire (1853-1928), député-maire chrétien d’Hazebrouck (Nord).