Stats et études


Les petits frères des Pauvres : une fidélité, une présence


L'action des « petits frères des Pauvres » s'inspire, partout où elle est vécue, de valeurs fondamentales : la valeur unique et irremplaçable de chaque personne humaine, la dignité de tout homme et de toute femme, la liberté fondamentale de chacun, la fraternité et la fidélité.

Rita, 92 ans, sa vue baisse, pas son
envie de voir du monde. Robert,
54 ans, sans les bénévoles, il serait
encore sans domicile et sans ressources.

Et Marcel, le jour où il a perdu sa famille,
Noël est devenu un jour comme les autres.
Chez les « petits frères », bénévoles et
salariés accompagnent les aînés de plus
de 50 ans, qui souffrent d’isolement, de
pauvreté matérielle, de précarité affective.
Et ce de façon concrète, par une présence
« sur le terrain ».

Cela suppose un repérage des situations, la
nécessité d’intervenir, la volonté de trouver
des réponses appropriées aux problèmes
révélés et de témoigner.

Tout l’engagement des petits frères des
Pauvres repose sur le respect et la valeur
irremplaçable de chaque être humain,
quelle que soit sa situation, quelles que
soient ses options personnelles. Ainsi fautil
avant tout respecter la dignité, l’intimité
des personnes auxquelles les petits frères
apportent une chaleur humaine et une nouvelle
confiance dans leur cheminement.
Ce que l’on appelle « la fraternité ».

Sérieuse et reconnue

Voilà près de soixante-dix ans, Armand
Marquiset, prend conscience de la détresse
d’un grand nombre de
ses concitoyens à Paris, où il
réside. Il devra patienter jusqu’en
1946 pour concrétiser
son idée : créer un lieu de
rencontre et d’écoute pour
les personnes isolées de son
quartier.

Il prend son bâton de pèlerin et
convainc de nombreux jeunes
à développer son idée là où ils
se trouvent. L’internationalisation
du mouvement suit, en
Europe, en Amérique, au Maroc…

En France, l’association crée des foyers
de rencontre, 22 à ce jour. Parallèlement
les petits frères des Pauvres lancent des
actions ponctuelles d’envergure, ainsi les
« colis de Noël » dès 1963.

Armand Marquiset décède en 1981. Mais
l’association continue sur sa lancée, lutte
contre toutes les formes d’exclusion, organise
des voyages et des vacances pour les
personnes isolées, inclut de plus en plus
de jeunes dans ses interventions.
Les petits frères des Pauvres fi nancent
leurs actions grâce à l’appel à la générosité
publique. L’association reçoit des
dons, des legs. Elle est reconnue d’utilité
publique.

Comme toute association sérieuse et reconnue,
elle publie ses comptes dûment
vérifiés, et présente ses réalisations. Et
l’on constate que ses sept mille bénévoles
et ses deux cent soixante salariés accomplissent
une oeuvre remarquable.

Les petits frères des Pauvres accompagnent les personnes de plus de 50 ans

souffrant d’isolement, de pauvreté matérielle et de précarités multiples.
Quelques chiffres :
- 20 000 personnes accompagnées (dont 8 000 chaque année) ;
- 7 000 bénévoles (toutes activités) ;
- 100 000 dons (membre du Comité de la Charte : donner en confiance) ;
- 380 salariés ;
- 520 logements sociaux gérés (Fondation Bersabée) ;
- 1 500 personnes parties en vacances.

Les petits frères des Pauvres, 64 avenue Parmentier, 75011 PARIS.www.petitsfreres.asso.fr