Nos déclarations


Les retraités CFDT entre inquiétude et colère


Les retraités syndiqués à la CFDT son inquiets (réforme des retraites, hôpitaux publics, inégalités, transition écologique) et ils sont en colère (érosion du pouvoir d'achat, loi grand âge).

Ils sont inquiets sur la réforme des retraites. Après la longue concertation ponctuée par le rapport Delevoye au mois de juillet, la création d’un système plus juste et mieux adapté aux enjeux de notre époque semblait possible. Depuis, il apparaît une grande incertitude sur la volonté du gouvernement de mener une réforme qui offre davantage de lisibilité. Il est urgent que le gouvernement donne des gages et annonce des mesures positives pour les salariés comme pour les retraités.

Ils sont en colère car aucun gouvernement avant 2017 n’avait érigé un principe d’érosion organisée et systématique du pouvoir d’achat des retraités. Le gouvernement actuel bouscule les règles d’indexation au regard de l’inflation. Pour 2019 la revalorisation des pensions de base a été fixée à 0,3 % sans tenir compte de la hausse de l’indice des prix de 1,6 % en 2018. Pour 2020, le gouvernement prévoit une réindexation des pensions sur l’indice des prix pour les seules retraites inférieures à 2 000 euros.

Ils sont inquiets devant la situation des hôpitaux publics. À force de gouverner l’hôpital par le seul prisme budgétaire, les gouvernements successifs les ont plongés dans une situation financière très grave, faisant fi du sens des missions de ceux qui y travaillent et du vécu des usagers. Sans une hausse des moyens, la situation, déjà dégradée, deviendra explosive.

Ils sont en colère car en relançant le débat sur l’immigration, le président de la République donne l’impression de vouloir jouer sur les peurs. On ne peut pas tolérer que ce sujet soit instrumentalisé en vue d’aller chasser sur les terres des extrêmes. S’en prendre à l’AME (aide médicale de l’État), qui a une double vertu de santé publique et de solidarité, est inacceptable.

Ils sont inquiets des inégalités qui minent la société française. Les 10 % des Français les plus pauvres s’enfoncent encore plus dans la pauvreté. Il y a tout juste un an, le président de la République lançait sa stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. Si l’annonce est ambitieuse, elle est pour le moment très loin d’être effective. La suppression de l’observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale est un mauvais signe.

Ils sont en colère face aux reports successifs de la loi annoncée sur le grand âge, alors que l’urgence est là : urgence parce que les conditions de vie de trop de personnes en perte d’autonomie sont insoutenables, urgence parce qu’il s’agit d’un secteur où le nombre de travailleuses pauvres est le plus important.

Ils sont inquiets quant au véritable engagement du gouvernement face aux enjeux de la transition écologique, qui se font de plus en plus prégnants. Cela ne semble pas une priorité du gouvernement au-delà des déclarations.

C’est pour cela que la CFDT Retraités s’engage avec force dans le pacte du pouvoir de vivre, soutenu par 50 organisations. Il incarne, par la pluralité de ses acteurs, une société civile qui ne se résout pas à un effondrement des solidarités, à une société totalement individualisée et à un modèle de développement destructeur pour la planète.

Déclaration du bureau national de la CFDT Retraités réuni à Bierville le 13 novembre 2019.