Notre activité


Militants de la liberté


La zoologie nous apprend que parmi les vertébrés il y a deux sortes d’êtres. Ceux qui ont une colonne vertébrale développée n’ont que la peau pour les protéger. Les autres ont une carapace ! Qu’un événement surgisse, les uns vont se renfermer sous cette protection sans issue. Les autres vont souffrir, mais ils chercheront et sauront affronter le réel.

À quelles conditions travailler à l’enrichissement de notre colonne vertébrale citoyenne puisque nous n’avons qu’elle pour nous protéger ? D’ailleurs, s’agit-il seulement de protection ? Ne s’agirait-il pas tout autant d’ambition, de création, d’enrichissement ?

Platon dans sa République identifiait déjà les trois registres sur lesquels investir : le Bien, le Beau, le Vrai. Une spiritualité républicaine ! Une autre trilogie qui correspond à notre devise : « Liberté, Égalité, Fraternité » que tous les continents ont criée en cœur et en chœur au lendemain des massacres qui ont ensanglanté Paris.

Inlassablement

La République ? Platon sait en critiquer la démagogie, la tyrannie, les volontés de pouvoir.

Mais la loi n’est pas là pour assurer un bonheur exceptionnel à une classe de citoyens, mais pour réaliser le bonheur de la « Cité » tout entière. Si la République forme ainsi de tels hommes, ce n’est point pour les laisser libres de se tourner du côté qu’il leur plaît, mais pour les faire concourir à fortifier le bien de l’État et de la société. Autrement dit, le Bien commun.

Faire société, la reconstruire aujourd’hui, c’est réagir, mais aussi prendre en compte le temps long de l’éducation et des mutations plutôt que les indignations de surface. C’est travailler au sens du bien commun plutôt qu’à l’immoralité d’une société purement marchande. C’est œuvrer pour une justice forte plutôt qu’une force (supposée) juste. C’est se faire les militants de la liberté et de la diversité plutôt que des radicalismes, quelles que soient leurs natures. Sans carapace, mais avec une solide colonne vertébrale.

En tant qu’adhérent à la CFDT « Nous sommes également des acteurs de la cohésion sociale, du vivre ensemble et de la démocratie », constate Laurent Berger. Et le secrétaire général de la CFDT de poursuivre : « Nous devons pour notre part inlassablement contribuer à construire du progrès social et à donner des perspectives d’avenir notamment à la jeunesse, elle qui, en plus de connaître une entrée dans la vie active marquée par la précarité, doit désormais apprendre à vivre durablement avec la menace terroriste. »

Daniel Druesne

Réagir à l’actualité et prendre en compte les longs temps de l’éducation et des mutations (photo DR)