Actu revendicative


« Pour une nouvelle présence des retraités en société »


Onze ateliers, une table ronde passionnante, des débats constructifs, la troisième rencontre nationale de la CFDT Retraités a cherché à mettre le syndicalisme retraités au cœur de la société.

Michel Devacht aura tout osé… Dans sa conclusion, le secrétaire général de la CFDT Retraités analyse et propose : « La période est délicate. Cette rencontre nationale était nécessaire. Plus encore, elle tombe au bon moment. À bien considérer, elle ne fait même que commencer. Elle laissera des traces. Certes, je ne suis pas philosophe. Mais comme Platon, je suis sûr que « la nécessité est la mère de l’invention. » La CFDT Retraités est une nécessité encore à inventer. »

L’enjeu était important. Il s’agissait, dans un libre échange et en deux demi-journées de mettre, ni plus ni moins, la CFDT au cœur de la société : « Comment améliorer notre présence en société pour un avenir solidaire ? » Onze ateliers étaient proposés aux 180 participants représentants les unions territoriales, unions régionales et unions fédérales de retraités. Constats, difficultés rencontrées et propositions pour de nouvelles pratiques étaient au menu de chacun d’entre eux.

Les « comment »

Comment les multiples facettes de notre action revendicative, du pouvoir d’achat à la transition énergétique en passant par le logement et les transports peuvent-elles mieux s’ancrer dans les préoccupations de nos contemporains ? Comment donner plus de poids à la qualité de notre représentation des usagers dans les instances auxquelles nous participons ? Quelles synergies mettre en place avec les associations sur les domaines qui nous sont communs ? Comment redonner aux questions européennes une crédibilité qu’elles n’auraient jamais dû perdre ?

D’autres ateliers avaient pour but d’identifier des pistes de progrès dans notre propre fonctionnement. Au sein des structures territoriales, comment améliorer nos relations ? Comment mieux faire vivre notre appartenance au sein de toute la CFDT ? Quelle évaluation est faite des initiatives de formation ? Comment relancer le développement syndical ? Comment améliorer, dans la durée, nos relations avec l’opinion et les médias ?

Cela faisait beaucoup de « comment » ! Et pour y répondre, il a fallu oser. Oser regarder ce qui se passe autour de nous. Ce fut l’objet de la table ronde exceptionnelle qui rassembla durant deux heures et demie Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, Bruno Palier, spécialiste des systèmes de protection sociale en Europe et Serge Guérin, sociologue spécialiste des questions liées au vieillissement.
Animé de main de maître par Gilbert Jérôme, secrétaire général adjoint de la CFDT Retraités, ce moment a été passionnant, animé, pertinent. Il fut l’expression d’un climat de confiance et d’humour fort appréciés qui accompagnaient parfaitement la gravité des propos. Le panorama était dressé, bousculant bien des idées reçues et ouvrant de nouveaux horizons.

Echéance 2015

Il était alors possible le lendemain de mieux apprécier les propositions des ateliers et de commencer un premier temps de débat entre les participants et les membres de la commission exécutive. Philippe Lengrand, secrétaire général adjoint de l’Union régionale interprofessionnelle d’Ile-de-France avait auparavant pris le temps de valoriser le rôle des retraités dans l’interpro.

Parmi les pistes à approfondir, on notera le suivi des revendications, l’accueil et la place des jeunes retraités, le décalage à combler entre adhérents et militants, la parité et la diversité, la collaboration avec les syndicats de salariés, le passage de l’expertise de nos sujets à leur traduction grand public, le mandatement, l’investissement des militants retraités dans les associations, notre place dans les débats sociétaux, notre présence à l’actualité et dès demain aux deux élections de 2014 (municipales et européennes). Il faudra aussi approfondir la place des régions dans l’organisation des formations syndicales, relancer le service à l’adhérent, améliorer la qualité de la relation de la CFDT Retraités envers les 16 millions de retraités et les 66 millions de Français.

Michel Devacht avait raison : « Cette rencontre nationale ne fait que commencer ! » Nous avons jusqu’au prochain congrès en 2015 pour avancer.

Jacques Rastoul et Daniel Druesne