Action internationale


Que reste-t-il du couple franco-allemand ?


Ce livre intéressant fait bien le point sur l’historique, les aléas, divergences et potentialités du « couple franco-allemand ».

Les divergences entre les deux pays ne sont pas ignorées parmi lesquelles :
- des visions différentes du projet européen : « les deux pays se sont engagés dans le projet européen pour des raisons différentes : la France cherchant à retrouver une grandeur passée, l’Allemagne à regagner sa place dans la communauté occidentale » ;
- des positions longtemps opposées sur les perspectives d’élargissement (la France mettant plus l’accent sur l’approfondissement), l’Allemagne privilégie les relations Est-Ouest tandis que la France privilégie les rapports Nord-Sud ;
- des modèles de croissance différents : la France privilégie la demande interne, l’Allemagne se concentre davantage sur les exportations ;
- des choix différents sur la gouvernance de la zone euro, le rôle de la BCE, l’émission (éventuelle) d’euro-obligations ;
- des choix énergétiques opposés sur l’énergie nucléaire et la transition énergétique.
Malgré ces différences / divergences les auteures considèrent que la coopération franco-allemande est incontournable même si elle a changé de nature avec la fin de la « guerre froide » et la réunification de l’Allemagne. L’élargissement a changé la donne. Les deux pays ne représentent plus que 29,5% contre 37,4%.

Pour terminer, le livre propose divers scénarios possibles de la relation franco-allemande :
- « harmonie nombriliste » : création par les deux pays d’un budget et d’une agence de la dette commune ainsi que la fusion des ambassades et une représentation commune au Conseil de sécurité ;
- « éloignement résigné » : lassé par les désaccords et la lourdeur des négociations bilatérales, la France (avec l’Italie, l’Espagne, le Portugal), l’Allemagne (avec la Pologne, l’Autriche, la Finlande) cherchent chacune de leur côté à renforcer leur coopération avec les pays avec lesquels elles ont d’emblée une proximité de vues ;
- « coopération sectorielle » : France et Allemagne intensifient leur coopération sur les sujets liés au marché commun et à la monnaie unique mais délaissent les autres sujets de l’intégration, la politique de sécurité et de défense ;
- « dynamique triangulaire » : le triangle de Weimar (France, Pologne, Allemagne) est réactivé afin d’augmenter la masse critique dans l’Union ;
- « pivot inclusif » : n’étant plus à même de constituer à elles deux le moteur de la construction européenne, l’Allemagne et la France ouvrent leurs concertations à leurs partenaires européens et travaillent de manière flexible et différenciée avec ceux qui le souhaitent.

On le voit avec ces esquisses de scénarios, l’avenir du « couple franco-allemand » demeure ouvert.

Un livre utile, documenté, écrit sans passion sur un sujet qui en est souvent l’objet, objectif et qui mérite donc d’être lu.

Jean-Pierre Moussy

Auteures : Cécile Calla et Claire Demesmay
Éditeur : La Documentation française, 180 pages, 9 €