Notre activité


Un progrès insuffisant !


Il aura fallu plus de huit années de mobilisation pour enfin aboutir à une loi qui reconnaisse les droits des personnes. C’est un début de prise de conscience. La vieillesse n’est pas une maladie mais un cycle normal dans la vie de chaque individu.

Cette population représente près d’un quart et, dans quelques années, un tiers de la population. Il est temps d’avoir un regard non pas condescendant sur cette tranche d’âge mais bien, en société, de porter un regard lucide et responsable sur les problèmes rencontrés par cet âge. La loi pose bien ce problème notamment dans son titre.

C’est la société qui doit s’adapter au vieillissement et non le contraire.

Les trois volets de la loi, prévention, adaptation de la société et différentes mesures revalorisant l’Apa et le rôle des aidants ne concernent hélas que le maintien à domicile même si des mesures sur les Ehpad (établissements accueillant des personnes âgées dépendantes) y sont incluses.

La loi souffre de l’absence de moyens financiers. C’est bien la Casa (contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie) qui finance les mesures notamment la revalorisation des plafonds d’aides et le montant de l’Apa, le répit des aidants, l’adaptation des logements et l’offre de diversifications de logements intermédiaires comme par exemple les résidences autonomie.

720 millions d’euros collectés auprès des seuls retraités qui s’acquittent de l’impôt sur le revenu. C’est insuffisant.

Et que dire des restes à charge pour les résidents et leurs familles dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ? (Voir « Sur le vif ») Alors les familles s’inquiètent car ce sont elles qui seront mises à contribution pour régler la différence.

Les familles s’inquiètent car ce seront elles qui seront mises à contribution (crédit photo Fotolia)

Dignité

Pour la CFDT, la perte d’autonomie est un risque universel impliquant un financement universel assuré de façon solidaire, juste et équitable, par l’ensemble de la population.

Elle revendique en priorité l’extension de la Casa à tous les revenus, l’harmonisation progressive du taux de CSG des retraités sur celui des salariés, la taxation des transmissions de patrimoine à titre gratuit. Nous exigeons que ces contributions soient attribuées à la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) sans possibilité de transfert.

La loi évoque, dans son Haut Conseil de la famille notamment, l’avancée en âge. Pour la CFDT Retraités, cette avancée dans l’âge doit se vivre jusqu’à son terme dans le respect et la dignité.