Notre activité


Le syndicalisme retraité, c’est plus que la branche professionnelle !


La CFDT Retraités ? « Une organisation en bonne santé, dont la pleine forme mérite encore quelques efforts ! » C’est en résumé les conclusions d’un audit interne que le Congrès national de mai 2016 avait décidé de mener sur le rôle et le fonctionnement de l’ensemble des structures composant l’Union confédérale des retraités.

La CFDT Retraités a clairement fait le choix de la défense des intérêts des retraités en étroite liaison avec les salariés au sein de la confédération. Nous avons pour objectif, aux côtés des salariés, de défendre les valeurs et la pratique sociale de la CFDT.

C’est par là continuer à agir pour défendre la protection sociale, sans oublier la défense du pouvoir d’achat des retraités, la prise en charge de la perte d’autonomie, l’indemnisation des victimes du travail comme les malades de l’amiante. Il s’agit aussi d’agir dans la cité auprès des retraités et des personnes âgées pour améliorer leur vie quotidienne. Et, donc, de se préoccuper de l’habitat, des transports, de la sécurité, des services à domicile, de l’accueil dans les établissements de soins et sociaux, mais aussi de l’accès à la culture, à l’enseignement et aux loisirs.
L’exploration de ces champs permet d’élargir les thèmes revendicatifs et, en unissant actifs et retraités, d’éviter une forme de corporatisme d’âge.

Viviers de jeunes

Mais l’efficacité de notre action impose que la CFDT Retraités soit mieux connue et reconnue. Cette reconnaissance passe donc par un nombre d’adhérents encore plus important et une organisation à la fois démocratique et opérationnelle.

Les pistes d’amélioration passent d’abord par notre capacité à faire progresser la dimension revendicative de notre action. Partant de la spécificité des retraités, nous devons également investir le champ qui nous est commun avec les salariés en intégrant les aspects modernes de la transversalité des conditions de vie et l’utilité de se saisir – pour tous – de questions complémentaires à celles des conditions d’emploi.

Cette ambition suppose de mobiliser efficacement les ressources militantes sur des thèmes revendicatifs identifiés, qui correspondent à l’existence d’un public d’adhérents composé de plusieurs générations. La CFDT Retraités doit s’appuyer sur les formations d’accueil des nouveaux retraités pour développer des « viviers » de jeunes retraités, conduire les politiques revendicatives et répondre aux enjeux de renouvellement dans la politique des responsables.

Relations directes

Sur le plan de son organisation, la CFDT retraités présente une difficulté entre un syndicalisme retraité professionnel – porté par les UFR et les SSR – et le syndicalisme retraité dans son ensemble, par nature interprofessionnel, tout en accueillant les thèmes professionnels si nécessaire. Cette difficulté est source d’irritation et parfois de tensions. Elle serait la conséquence d’un processus d’évolution incomplètement abouti. Réaffirmer la conception CFDT du syndicalisme retraité pourrait être le moyen de clarifier les articulations entre structures retraités fédérales et structures retraités interprofessionnelles. Quelles que soient l’origine ou la motivation de l’adhérent, la CFDT doit offrir à chacun d’entre eux la possibilité de participer aux débats et à l’action, dans la proximité géographique.

Le développement est un objectif partagé par tous. De nombreuses actions sont conduites en relations directes entre les structures retraités locales avec les syndicats de salariés (par contacts, par les actions de formation « Futur retraité », etc.). C’est sans doute le meilleur moyen de « faire du développement ».

Gilbert Jérôme

Gilbert Jérôme, secrétaire général adjoint de la CFDT Retraités