Actu revendicative


Assignés à domicile


Jean-Luc a 58 ans. Sa mère est en situation de dépendance. Quand il l'appelle au téléphone et qu'elle ne répond pas, il quitte tout, quelle que soit l'heure, prend sa voiture pour s'assurer que tout va bien.

Placer sa mère en établissement ? Jean-Luc y pense de temps en temps. Mais dans ce cas, « ce sera bien pour elle. Ou surtout bien pour moi ? » s’interroge-t-il.

Le mari de Nicole, 84 ans, est atteint de la maladie de Parkinson. « Je n’ai plus la force de l’aider à se déplacer. Je suis épuisée, j’ai perdu 12 kg en peu de temps et je ne peux pas m’absenter, même pour me soigner. »

« Tout est compliqué ! Je n’ai plus de vie privée, je suis toujours sur le qui-vive », témoigne Monique, « assignée à domicile » pour s’occuper de sa mère octogénaire.

Selon un rapport de l’OCDE, on constate « une prévalence des problèmes de santé mentale supérieure de 20% chez les aidants familiaux à ce qu’elle est chez les non-aidants ».