Actu revendicative


La loi sur la perte d’autonomie en chantier


L'ère Sarkozy nous avais promis une loi sur la « dépendance ». Nous sommes passés à l'ère Hollande et nous attendons la réalisation de la promesse présidentielle, prévue pour fin 2013.

De nombreux travaux sont en cours et devraient préparer le futur projet de loi. La CFDT avait en son temps transmis ses propositions à la fois pour améliorer la prise en charge à domicile, l’accueil en maison de retraite mais aussi sur le financement.

Seul regret, à ce jour, l’absence de concertation des organisations syndicales dans cette nouvelle période de préparation. L’intersyndicale des organisations syndicales de retraités a donc sollicité un rendez-vous auprès de Michèle Delaunay, ministre déléguée en charge du dossier.

Le chantier sur la perte d’autonomie des personnes âgées est attendu par les Français car ce sujet reste un enjeu de société important suite au vieillissement de la population. Sur 15 millions de retraités, 10% sont touchés par une perte d’autonomie. En 2040, la barrière des 2 millions de personnes devrait être dépassée. Pour assurer financièrement leur accompagnement, le chiffre de 10 milliards d’euros est avancé.

Plusieurs orientations du projet de loi pointent. Faire reculer le plus tardivement possible la perte d’autonomie et renforcer la prévention, encadrer les loyers des maisons de retraite, renforcer l’accompagnement et le statut des « proches aidants » les personnes âgées en fragilité, mettre en place un guichet unique dans chaque département, sont au cœur des sujets incontournables.

Plusieurs pistes sont évoquées pour le financement de la perte d’autonomie : une journée supplémentaire de solidarité, une cotisation obligatoire, une ponction sur les salaires, une taxe sur la succession ou encore l’alignement de la CSG des retraités sur celui des actifs… Le président de la République, François Hollande s’est positionné sur un financement reposant sur la solidarité et sur la responsabilité individuelle.

Pour la CFDT Retraités, le vieillissement de la population est aussi synonyme de nouvelles activités : adaptation des logements, création d’emplois (« non délocalisables » nous avait confié Michèle Delaunay lors d’un entretien en 2011). Près de 300 000 emplois devraient être créés pour le maintien à domicile et en établissements. Dans ce domaine aussi, la CFDT a rappelé la nécessaire valorisation et reconnaissance de ces métiers. S’occuper des « vieux » reste trop souvent ressenti comme une dévalorisation professionnelle.

Dominique Fabre

Il est aussi nécessaire de renforcer l’accompagnement et le statut des aidants.