Actu revendicative


Les effets du papy-boom


Sur les 15 millions de retraités, 1 228 000 personnes étaient bénéficiaires de l’APA au 31 décembre 2012, (735 000 à domicile et 493 000 en établissement). En 2040, la barre des deux millions de personnes âgées en perte d’autonomie, devrait être dépassée.

L’espérance de vie sans incapacité à 65 ans est de 9,8 ans pour les femmes et de 9 ans pour les hommes. Elle a augmenté de 2,1 ans entre 2002 et 2010.Par ailleurs, les projections démographiques montrent bien les effets du baby-boom et du vieillissement de la population française.

Année60 ans et +80 ans et+Total population française
1960 17 % 2 %
2010 23,5 % 5 % 64 millions
2060 32 % 11,5 % 73,6 millions

Notre pays compte 10 millions d’aidants « pour le grand âge, », le handicap et la maladie. 46 % d’entre eux sont dans la vie active. Ensemble, ils représentent l’équivalent d’une dépense de 164 milliards d’euros.

La dépense publique consacrée aux personnes âgées atteint aujourd’hui près de 25 milliards d’euros.

Elle est financée par les organismes de sécurité sociale, par les départements et par la CNSA. Elle équivaut à plus de 1,1 % du produit intérieur brut (PIB). Elle cumule trois postes différents : les soins (14 milliards), l’hébergement (8 milliards dont 6 milliards à la charge directe des familles) et la prise en charge de la dépendance en tant que telle. Celle-ci ne représente que le cinquième du chiffre global généralement affiché. Elle correspond au financement de l’APA : 5,1 milliards d’euros. Sur cette partie, le reste à charge des familles est de l’ordre de 700 à 800 millions d’euros. Le montant des dépenses publiques pourrait croître en 2040 de l’ordre de 9 milliards d’euros, si l’on comptabilise les trois budgets (soins, hébergement, APA).

17 600 d’établissements et services médico-sociaux (ESMS) en France accueillent ou accompagnent des personnes âgées ou handicapées.

L’âge moyen à l’entrée en Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en 2007 est de 84 ans. 51 % des places pour personnes âgées dépendantes sont dans des établissements publics, 28 % dans des établissements privés à but non lucratif et 21 % dans des établissements privés à but lucratif. Le taux moyen d’occupation des places en ESMS est de 96 %. Il varie peu selon les catégories d’établissements.

Une assurance maladie complémentaire pour tous les retraités ?

La loi sur la perte d’autonomie repose sur un axe fort de la prévention. Avoir accès à une complémentaire de qualité, dans le cadre d’un contrat responsable est un gage de meilleur accès à la santé pour beaucoup d’entre nous.
Les conditions d’adhésion à une assurance maladie complémentaire ont été évoquées à de nombreuses reprises au cours des rencontres avec la ministre. La CFDT travaille afin que l’intervention éventuelle de compléments assurantiels se fasse en conformité avec les objectifs de solidarité, de non-sélection des risques, de qualité des prestations, de maîtrise des coûts et d’accès universel.