Actu revendicative


Rencontres nationales du CNRPA


Voici quelques échos des rencontres nationales du Comité National des Retraités et Personnes Agées à Paris, à l'Unesco, les 20 et 21 avril 2004.

Les participants (environs 320) à ces journées (20 et 21 avril 2004) ont manifesté leur intérêt pour ce rassemblement attendu en raison de l’actualité.

L’absence du Président du CNRPA, le Ministre de la Santé, M. Douste-Blazy, a été remarquée. Sans doute débordé par le dossier de l’assurance maladie, celui-ci avait passé le relais à Mme Montchamp, nouvelle Secrétaire d’Etat aux personnes handicapées. Mais elle aussi avait d’autres urgences, si bien que c’est Georges Grulois, Vice-Président du CNRPA, qui a lu un message de bienvenue dont le contenu a vite été oublié par les « vieux » pourtant pas encore amnésique.

Heureusement, nous avons eu droit, le mercredi en fin de matinée, à la visite de M. Hubert Falco, le Ministre délégué aux personnes âgées. Sa principale préoccupation du moment (et celle probablement du Gouvernement) c’est l’éventuelle canicule de l’été 2004. La seule solution pour en éviter le renouvellement semble être pour lui « une pièce réfrigérée dans chaque maison de retraite ».

Des interventions diversement perçues

Le gel des crédits annoncé par le Ministre d’Etat, ministre de l’économie et des finances « rafraîchira » sûrement les personnes âgées fragilisées cet été...

Les thèmes intéressants du mardi matin étaient présentés par des hauts fonctionnaires compétents.

M. Jean-Jacques TREGOAT, Directeur de l’action sociale, a traité des « responsabilités locales », l’évolution des compétences et les nouvelles attributions des départements.
Si l’intérêt de la décentralisation et le rapprochement en direction des citoyens a été souligné et vanté, il nous reste à connaître précisément si les moyens seront bien à la mesure des responsabilités concédées et affectés dans des délais acceptables.

M. Bernard Fragonard, Président du Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie, nous a vanté avec optimisme la qualité de notre système d’assurance maladie « dans lequel les personnes âgées ont leur place sans restriction ».
Mais il faut trouver de nouvelles ressources et qu’elles soient réparties équitablement.

M Raoul Briet, rapporteur de la Mission pour la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA), a rendu compte de ses premières réflexions d’étape de sa mission et dont les propositions seront transmises aux pouvoirs publics fin mai. Cet exposé a provoqué de nombreuses réactions et critiques. Cette nouvelle Caisse annonce t-elle une nouvelle branche de la protection sociale pour les personnes âgées dépendantes et pour les handicapés ?

La présentation par Maurice Bonnet, rapporteur de l’avis du Conseil Economique et social « pour une prise en charge collective, quel que soit leur âge, des personnes en situation de handicap » a été bien accueillie et applaudie. Cet avis remis à tous les participants mérite d’être étudié et largement diffusée.

Les thèmes de la prévention et des actions intergénérationnelles étaient aussi à l’ordre du jour et ont permis échanges et dialogues sur diverses expériences.

Mme Genevière Laroque, Président de la Fondation Nationale de gérontologie nous a dit sa préférence pour les « actions multigénérationnelles ».

Il est difficile de rendre compte complètement et objectivement de ces journées positives à cause des échanges et des questions abordées. La place du CNRPA et des CODERPA doit être mieux connue et reconnue.

Abstention CFDT sur la motion

A l’issue de ces journées, une motion a été votée par l’Assemblée.

Deux points sur la motion nous ont interpellés :
- La CFDT est pour une Caisse nationale de gestion de l’APA dans le cadre de la Sécurité Sociale. Elle refuse la CNSA telle qu’elle est mais pas le principe d’une Caisse en soi.
- Ecrire que nous voulons un décret national pour les CODERPA alors que le Conseil constitutionnel a dit que cela ne pouvait pas se faire, c’est donner des espoirs inutiles.

Bien que l’élaboration de la motion n’ai pas été très démocratique, manifester que les retraités ne sont pas d’accord avec les décisions gouvernementales actuelles : oui.

A l’origine, la motion présentée à l’Assemblée devait porter essentiellement sur la nécessité du maintien des CODERPA dans les départements et inviter ceux-ci à rencontrer les Conseils généraux à cet effet.

C’est pour ces raisons que l’UCR s’est abstenue.