Actu revendicative


Congrès : atelier qui sont les retraités ?


Les inégalités au travail persistent après la retraite. Faibles salaires, faibles retraites. C'est maintenant qu'il faut rechercher des solutions : demain, il sera trop tard !

« Qui sont les retraités ? » Question simple et ambitieuse !

La quarantaine de participants à l’atelier du congrès ont conclut que malgré les apparences la question n’était pas simple. Peut-être plus compliquée encore que de se poser la question lorsque l’ont est encore salarié.

Nécessairement les différences et les inégalités existantes lorsque l’on travaille, se retrouvent aggravées après la retraite. Faibles salaires, faibles retraites.
C’est maintenant qu’il faut rechercher des solutions : demain, il sera trop tard !

Des pistes de travail existent

- prendre en compte les salariés les plus anciens dans les négociations en leur permettant formation et bilan de compétences périodiques,
- anticiper les échéances à venir et ne pas s’adapter seulement à la conjoncture du moment,
- décloisonner les statuts entre secteurs pour permettre des mobilités privé-public aujourd’hui difficiles, voire impossibles après 45 ans,
- aménagement des conditions de travail, ergonomie adaptée du poste de travail,
- revaloriser le travail non qualifié, qui se dévalorise encore davantage avec l’âge.
- développer les relations intergénérationnelles.

Les interventions et questions du groupe confirment souvent le constat et l’analyse. Premier constat sur 38 membres de l’atelier, 14 seulement sont partis à l’âge normal de la retraite.

Quelques premières conclusions

Des apports extérieurs à notre regard habituel nous obligent à élargir notre horizon, à exercer notre jugement.

Il n’y a pas de « retraité standard » (on s’en doutait) en tout cas pas celui ou celle de la pub : bronzé, encore jeune et sportif...

Il est important que nous connaissions bien, que nous connaissions mieux, la spécificité et les diversités des parcours et des situations de retraités (revenus, habitat, ville/campagne...) pour que le syndicalisme de proximité que nous voulons colle aux réalités.

La question peut se poser d’une formation syndicale « nouveaux retraités » permettant de mieux connaître ce nouveau monde, nouveaux droits.

Les participants ont manifesté clairement leur volonté de ne pas s’isoler, y compris dans la CFDT.

Une grande demande de « mieux connaître » s’est ressentie dans le groupe et que nos structures syndicales soient mieux équipées (documents, bibliographie, statistiques...).
A nous de nous en ressaisir.