Actu revendicative


Edmond Maire, porte-parole de l’économie solidaire


Après une période ardue dans le tourisme social, VVF, Edmond Maire reste convaincu de l'utilité de l'économie sociale et milite toujours dans l'économie solidaire. Il souhaite le développement des Scop, les coopératives de production !

Après 1988 tu reprends une activité de salarié à VVF, une association de tourisme, acteur important de l’économie sociale. Elle s’est avérée difficile ?

Edmond Maire. Oui, difficile. Un ami, Patrice Garnier, à la CFDT et de la Caisse des dépôts, a eu l’idée de me faire venir à VVF (Villages vacances familles), association de tourisme social. Pour quoi faire ?

Trente ans après sa création, 1960, VVF était à bout de souffle : des villages de vacances en surnombre dans des lieux peu touristiques, des équipements obsolètes à rénover profondément, et une inconscience des impératifs financiers puisque, pensait-on : VVF est insubmersible, la Caisse des dépôts paiera.

À mon arrivée, le réalisme s’impose, la rénovation des villages nécessite un appel massif aux banques, les fondements juridiques et financiers sont révisés : une partie très difficile. J’avais peut être l’aura nécessaire pour réussir cette réforme sans cassure, mais je ne suis pas sûr d’avoir été un très bon chef d’entreprise.

L’économie sociale est-elle d’avenir ?

L’économie sociale rassemble les associations, les coopératives, les mutuelles et les fondations. Elle représente environ 10% du PIB et 10% des salariés. Leur patrimoine ne peut pas être dilapidé, il est inaliénable. Des principes de gouvernance démocratiques avec « un homme une voix » mais ils sont inégalement mis en œuvre. Globalement, l’économie sociale reste une belle ambition.

Pour l’avenir, je souhaite le développement des Scop, les sociétés coopératives de production. Cette forme d’activité économique collective est porteuse d’avenir grâce aux coopérateurs-salariés.

Nous avons déjà début 2007 évoqué ton activité militante dans le financement de l’économie solidaire avec « France Active ». Tu es le porte-parole du « manifeste de l’économie solidaire ».

L’économie solidaire accorde autant d’importance à la performance sociale qu’à la performance économique et financière. Autant, pas plus, pour ne pas se « casser la figure ».

Mais si dans l’économie solidaire aussi il faut des résultats, l’objet de l’entreprise est différent. Les activités économiques, souvent sous forme associative, créent des emplois nouveaux et rendent des services que n’assurent pas les entreprises classiques.

Dans la crise financière actuelle l’économie solidaire fait preuve d’une réactivité et d’une capacité de gouvernance stimulantes pour l’ensemble de l’économie.