Notre activité


Que vaut la téléassistance ?


Question de Bernard. Ma mère est tombée chez elle et a eu beaucoup de mal à atteindre le téléphone pour demander qu’on vienne l’aider à se relever. Je souhaite donc installer un service de téléassistance à domicile. Mais qui et quoi choisir ?

Notre réponse. Quand le déplacement devient difficile, que les forces manquent parfois, la chute devient un risque permanent. Pour respecter la volonté de la personne âgée de rester à domicile, un service de téléassistance apporte une solution. Elle résout un autre problème inavoué : l’isolement. Le poids de la solitude n’est pas réservé à ceux qui n’ont pas de famille et qui ne voient personne. Des personnes âgées recevant fréquemment un appel d’un proche avouent leur solitude. Les bons professionnels des services de téléassistance le savent : de nombreux appels sont dits « de convivialité ».

Une grande enquête de 60 millions de consommateurs avec des tests effectués par des seniors vient d’être publiée. Nous la résumons. Pouvons-nous faire confiance à la téléassistance ? Oui, pour une alerte en cas de besoin. Non, car certains prestataires ne prennent pas en compte les particularités de ce public fragile.

Huit services de téléassistance ont été testés par 24 seniors. L’installation se fait au domicile, avec vérification du fonctionnement du transmetteur avec haut-parleur et de son émetteur portatif. L’installateur doit s’assurer que le service détient les bonnes coordonnées des proches à prévenir. « Présence verte » avertit même chaque contact par courrier, signale 60 millions de consommateurs. Le bracelet avec bouton d’appel n’a pas posé problème pour l’alerte. Mais si la personne âgée est éloignée de la base où se trouve le haut-parleur, la conversation est difficile, voire impossible.

En cas de chute (fictive dans le test), Vitaris et Présence verte suivent un questionnaire précis et méthodique pour bien apprécier la gravité. Après l’alerte des proches, certains rappellent la personne âgée pour l’informer de l’arrivée du proche et ainsi la rassurer. Vitaris l’a fait à chaque fois.

Pour la convivialité, Vitaris a proposé à chaque fois à l’usager demandant « si le service était ouvert le soir » de le rappeler. Pour 60 millions de consommateurs, cette attitude est pertinente. Les professionnels savent que certains appels sont des appels de détresse non avoués.

L’étude des contrats révèle parfois des clauses abusives, voir illicites. Toutefois, il n’y a pas de clause de durée. Le contrat peut être résilié, au plus tard trois mois après la souscription. Si le coût mensuel et les frais de départs sont bien indiqués, il n’est pas mentionné le coût des tests quotidiens de la ligne, ni qu’il faut vérifier que son assureur couvre le matériel loué par le prestataire de téléassistance.

Prendre son temps pour choisir le contrat, nous conseille 60 millions de consommateurs. Il faut aussi se préparer aux choix à effectuer parmi les options proposées. Bracelet ou médaillon ? Le médaillon est plus sécurisant, car en cas de chute, le bras peut être coincé. Mais il est plus voyant et donc moins bien accepté. Détecteur de chute avec alerte automatique ? Séduisant en théorie, ce détecteur reste d’une efficacité limitée si la chute est lente.

L’abonnement mensuel varie de 20 à 27 euros par mois, prévoir en plus des frais d’installation, voire de dossier. Des aides financières sont possibles et certaines communes ont des accords (voir son CCAS). Comme il s’agit d’un service à la personne, l’abonnement donne droit à une réduction d’impôt de 50 %. Donc réservée à ceux qui payent l’impôt !
Vitaris (20 €/mois) et Présence verte (26,90 €/mois) sont les deux meilleurs choix, après les tests, pour 60 millions de consommateurs.

Claude Wagner

Source : 60 millions de consommateurs de janvier 2015 (n° 500), pages 58 à 62.