Actu revendicative


Un rendez-vous capital !


Les 23 et 30 mars 2014, nous sommes invités à renouveler l’ensemble des conseillers municipaux dans les 36 682 communes françaises. Malgré un taux d’abstention en progression, les électeurs sont attachés, plus que pour tout autre scrutin, à participer à l’élection de leurs représentants pour « gérer la cité ». Un rendez-vous capital dans lequel la CFDT Retraités entend faire preuve d’imagination et prendre toutes ses responsabilités. Pendant et après l’élection. Durablement. Dossier réalisé par Gilbert Jérôme, Jacques Rastoul et Daniel Druesne, avec les contributions des équipes de la CFDT Retraités de Rennes, Besançon, Béziers, Valenciennes, Nantes et Angers et de Gironde.

L’attachement des Français aux municipales s’explique par une aspiration au bien-vivre dans la commune. L’intérêt se justifie également par la proximité des élus et des citoyens. Qui s’en plaindrait ?

Cependant, cette proximité ne gomme pas la défiance de nos concitoyens à l’égard du politique. Dans la crise de la représentation que nous traversons, plus l’élu ou le représentant politique est éloigné, plus la défiance est grande et souvent irrationnelle (« c’est la faute à l’Europe »).

Pour autant, cette défiance existe également au niveau local. Les citoyens estiment qu’ils ne sont pas entendus et leurs préoccupations ne sont que peu prises en compte.
Parfois à juste raison. Ainsi la ville est le premier lieu de la fragmentation de la société. Le logement, précisément de la compétence des communes, n’est-il pas à l’origine de cette segmentation par une partition du territoire en fonction des classes sociales ?

Les programmes d’urbanisme, la pression foncière et la politique du logement génèrent souvent des désordres sociaux préjudiciables à la mixité sociale.

Une cité solidaire et durable

Le droit de vote constitue pour le citoyen une parcelle de souveraineté. Pour autant, l’expression de la démocratie ne se résume pas au seul vote et l’expression des électeurs doit se prolonger par l’exercice actif de la participation. La société civile, les syndicats, les associations prennent une part active dans la « démocratie participative ».

Pour la CFDT Retraités, l’échelon municipal est un lieu de pouvoir déterminant pour la prise en compte des conditions de vie et en particulier pour les retraités et les personnes âgées. Ainsi, nous sommes à la veille du vote de la loi sur « l’adaptation de la société au vieillissement ». Un volet important de cette loi sera consacré au maintien à domicile. Le maintien à domicile est une aspiration d’une majorité des personnes âgées en perte d’autonomie, soit 78 % des personnes interrogées, selon l’enquête de l’UCR. Les interventions locales sont pleinement justifiées sur le logement, le maintien du lien social, la mobilité et l’accessibilité, l’organisation des prestations à domicile.

Là encore, on peut mesurer les interventions possibles auprès des opérateurs pour une politique gérontologique qui intègre le maintien à domicile : les collectivités locales, le centre communal ou intercommunal d’action sociale (CCAS ou CIAS), les opérateurs de transport, les bailleurs, les associations de prestations de services, etc.

En matière d’habitat favorable au vieillissement, Joseph Lebot, militant CFDT de Rennes, témoigne du travail avec les organismes de l’agglomération rennaise pour la réalisation de 140 logements, dans un projet intergénérationnel modulable, soit en accession, soit en location. Rennes fait figure de modèle avec la réalisation de l’espace intergénérationnel Simone-de-Beauvoir. Elle répond à une volonté de construire une cité solidaire et durable, pour favoriser la mixité des statuts résidentiels et générationnels, prévenir l’isolement, associer services et activités.

Une attention déterminée

L’association de consommateurs CFDT de Béziers, avec l’Union locale de retraités, a eu une démarche reposant sur une dimension écologique importante pour les retraités. Partant du constat que les habitations du centre-ville de Béziers ne remplissaient pas les normes d’isolation et conduisaient à un surcoût de consommation d’énergie, la CFDT conduit depuis de nombreux mois une campagne de sensibilisation, de diagnostics énergétiques et d’information des populations occupant l’habitat ancien. L’action entreprise permet d’informer les occupants sur l’intérêt de la mise aux normes, source d’économies, et sur la réhabilitation du logement. Dans le prolongement de cette initiative, une enquête est lancée sur le thème « habiter autrement » proposant un nouveau type d’habitat : partagé, participatif, citoyen et solidaire.
La question du logement prend une dimension particulière dans le budget des retraités et les questions liées à l’adaptation des logements, la rénovation, l’isolation thermique, l’isolement des personnes âgées prennent une acuité particulière dans ces temps de crise. Des réponses peuvent être apportées par les acteurs locaux du logement.
La mobilité est la clé de la liberté. C’est ce qui anime l’action de l’équipe CFDT Retraités de Valenciennes. Après une visite de terrain en périphérie, elle informe la population : « La ville doit permettre un accès facile aux commerces, aux équipements sociaux, culturels. Elle doit permettre la promenade, offrir des lieux pour s’asseoir, se reposer, bavarder… » La démarche est à la fois un repérage des situations, une manifestation citoyenne de la volonté de dialogue avec les élus, une attention déterminée pour sensibiliser le public à la question de l’accessibilité en ville.

Accompagner les personnes

C’est sous l’angle des transports en commun que la CFDT Retraités de l’Union locale de Nantes s’adresse au vice-président de la communauté urbaine de Nantes Métropole. Parmi les nombreuses questions qui attestent d’un travail en profondeur de l’équipe syndicale, celles relatives aux personnes âgées trouvent un écho favorable auprès de l’élu comme, par exemple, l’expérimentation d’un transport collectif à la demande pour les personnes âgées de plus de 70 ans.
Les basses pensions et, corrélativement, la pauvreté ont été révélées par notre enquête sur les basses pensions. Cette dernière est confirmée par l’observation des associations caritatives, qui recensent de plus en plus de personnes âgées, et par un accroissement des situations de surendettement. Au-delà des revendications à caractère général, la situation exige des réponses d’action sociale locale. L’investissement de la CFDT dans les centres communaux ou intercommunaux d’action sociale prend tout son sens. Elle permet de faire valoir les valeurs défendues par la CFDT et de prendre en compte les revendications spécifiques des retraités. Elle donne l’occasion d’accompagner les personnes en difficultés par l’isolement, la pauvreté ou la perte d’autonomie.

Une existence légitime

En Gironde, une tradition bien ancrée permet à quelque 35 militants retraités de siéger dans des CCAS de communes en milieu rural, mais aussi dans des villes moyennes de l’agglomération bordelaise. Josette Fourcade anime le groupe de coordination des mandatés CFDT. Elle note des avancées sensibles dans les communes qui réalisent une analyse des besoins sociaux. Cette analyse permet de définir les actions à réaliser et de déterminer des priorités. Le bilan est plutôt positif, en dépit du sentiment général d’une grande ascendance du maire des communes sur le CCAS. La quasi-totalité des mandatés souhaite reconduire leur mandat.

Dans les grandes villes, l’entrée dans un CCAS est plus problématique, la mise en réseau des acteurs de la société civile par la constitution d’un office des personnes âgées ou d’une maison des seniors comme à Besançon ou Angers permet à la CFDT de faire ses propositions.
Les prochaines élections municipales offrent l’opportunité d’élargir ou d’amplifier le champ d’intervention de la CFDT, par la prise en charge des problèmes quotidiens des retraités. Cette action met à sa portée des résultats concrets pour les publics qu’elle représente. Elle valorise l’action syndicale CFDT Retraités et légitime son existence. Elle renforce sa capacité à proposer l’adhésion.

Gilbert Jérôme