Actu revendicative


Bilan du Chèque domicile liberté


Mme Guinchard-Kunstler du gouvernement Jospin avait mis en place le "Chèque domicile liberté". Ce chèque a pour objectif d'aider financièrement les personnes âgées à combattre l'isolement. L'expérience a été lancée dans cinq départements. Bilan après 18 mois dans le Maine-et-Loire.

Le Maine-et-Loire, avec le regroupement des associations d’aide aux personnes âgées "Anjou domicile", a tenté l’expérience pendant 18 mois, voilà ses conclusions.

En acceptant de mener l’expérience du "Chèque domicile liberté", Anjou domicile souhaitait qu’il réponde aux objectifs de l’association :
- contribuer à l’amélioration de la vie des particuliers,
- contribuer au développement d’emplois de qualité dans le secteur des services à domicile,
- contribuer à la valorisation des métiers du domicile.

La mise en place du dispositif « Chèque domicile liberté » a demandé beaucoup de travail et d’investissement à l’association Anjou Domicile et à tous les partenaires réunis autour de cette expérimentation.

Rapprocher de nouveaux partenaires

Il y a eu des difficultés au démarrage, c’est un dispositif qui demande du temps pour décider les personnes âgées à sortir de chez elles. Cette expérience a eu le mérite de donner à Anjou Domicile la possibilité de travailler avec les associations de son réseau sur la problématique de l’isolement des personnes âgées et de contribuer à faire avancer les professionnels sur ce questionnement. Grâce à des actions de communication Anjou Domicile a pu commencer à sensibiliser le public.

L’expérience a permis de rapprocher de nouveaux partenaires avec lesquels Anjou Domicile n’avait pas l’habitude de travailler.

Après un an et demi Anjou Domicile estime que, même si il y a encore des ajustements à faire, notamment en matière de suivi avec les prestataires, le "Chèque domicile liberté" apparaît comme un outil à la lutte contre l’isolement des personnes âgées.

Une véritable attente

Le "Chèque domicile liberté" répond à une véritable attente :
- des personnes âgées : réponse à un besoin,
- des tiers payeurs : nouvelle prestation,
- des aide à domicile : correspond à une valorisation de leur métier.

En conclusion, pour Anjou Domicile il s’agit d’un outil indispensable pour permettre à des personnes âgées isolées de sortir de chez elles. C’est un outil permettant de faire de la prévention, favorisant les interventions des professionnels à domicile avant qu’il ne soit trop tard, avant que tous les liens avec le monde extérieur soient coupés. Le bilan est donc positif et le conseil d’administration a décidé de travailler à la pérennisation du dispositif.

Désengagement

Il faut savoir que le gouvernement Raffarin s’est désengagé de l’expérience en supprimant la part financière prévue par le gouvernement Jospin. Il a fallu pour Anjou Domicile rechercher d’autres partenaires pour assurer ce manque de finances.
De plus, pour réussir une telle opération, cela nécessite qu’au plan du département, le regroupement des associations s’occupent des aides à domicile et centralisent la gestion.